SOCIÉTÉ

La soupe au giraumon, déclarée patrimoine culturel immatériel de l’humanité

La fameuse et très populaire Soupe Joumou ou soupe au giraumon fait désormais partie du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Une décision du comité intergouvernemental de la Convention de 2003n qui a décidé d’inscrire la « Soupe au giraumont » soumise par Haïti, sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.

La soupe haïtienne, mieux connu sous le nom de soup joumou ou soupe au giraumont (français), ou encore soupe au Potiron pour les chefs et experts de la gastronomie, est une soupe traditionnelle haïtienne à base de giraumont, consommée le 1er janvier à l’occasion de la célébration de l’indépendance haïtienne. 

C’est donc une tradition chez la quasi-totalité des familles haïtiennes qui préparent selon la recette ancestrale cette soupe à base de giraumont avec des légumes, des vives alimentaires tels que bananes (plantains), igname, pomme de terre, des pâtes roulées (donbreuils) et des épices et de la viande selon le desir de certains. 

Cette soupe délicieuse s’inscrit dans le registre des plats et aliments traditionnels, c’est même un élément folklorique qui définit l’identité de l’être Haïtien. Ou pa ka Ayisyen pou soup joumou pap bouyi nan ganmèl lakay ou 1e janvye. Elle est préparée au cours de la nuit du 31 décembre au premier janvier, en réalité, c’est le premier repas de l’année.

Des familles ont la bonne coutume de se réunir à table afin de remercier Dieu le premier jour de l’année et elles consomment de la soupe au giraumont tout en débattant des perspectives de la nouvelle année.

Advertisements

D’autres familles plus attachées aux traditions, organisent une cérémonie la nuit du 31 décembre au 1er janvier (une danse de vodou) et profitent de l’occasion pour boire de la soupe et remercier les esprits, les loas qui selon eux ont contribué à l’émancipation de ce peuple en nation libre et indépendante.

L’histoire raconte que la soupe au Potiron (soup joumou) était Réservée à l’origine aux propriétaires d’esclaves, les Haïtiens se sont procurés de cette soupe après l’indépendance et en ont fait un symbole de leur liberté nouvellement acquise et une expression de leur dignité et de leur résilience.

De nos jours, la soupe au giraumont est un plat qui entre de plus en plus dans le quotidien de l’haïtien. Certains restaurants la servent en guise de plat du jour ou spécialité. Elle peut également servir de petit-déjeuner dominical traditionnel. Des marchandes de nourritures dans le secteur informel en font même un commerce. Elle prépare la soupe tous les samedis ou dimanche matin.

Un dernier aspect de la soupe au giraumont est l’aspect de partage et de convivialité. Les Haïtiens échangent leur préparation dans un esprit de partage. Ils invitent aussi des amis à venir la consommer avec eux tous les 1ers janviers. Cette soupe a traversé les frontières d’Haïti avec la diaspora, pour finalement s’offrir une place sur les tables et dans les cuisines caribéenne et latino-américaine. 

 

Facebook Comments

Revital Lynch
Ray est un jeune web entrepreneur et journaliste évoluant dans le monde du multimédia. Il est un passionné de la technologie et de ses sciences connexes.