À 15 ans, Dardeley Gildwige chante la douleur des Haïtiens 

Sam Sarah Devilus
Sam Sarah Devilus
À 15 ans, dardeley gildwige chante la douleur des haïtiens (1)
Écoutez cet article

Si certains s’estiment trop jeunes pour s’engager dans les affaires politiques, prendre position, ou parler de la situation du pays, c’est tout le contraire de Dardeley Gildwige. À 15 ans, ce jeune chante la réalité du pays et espère un changement.  

Initié à la musique par son père dès ses 8 ans, Dardeley est actuellement en 3eme année à l’école de musique Sainte Trinité, où il apprend à jouer au piano. L’admis en NS1 a choisi de suivre le chemin tracé pour lui par son daron, et tout comme ce dernier, sa mère le soutient dans son choix de faire la musique. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Avec “Bagay yo anpil”, une chanson sortie en novembre 2021 avec Don Kato, Dardeley fait les bouchées double et sort un nouveau son, et cette fois avec BIC, l’un des plus grands chanteurs qu’Haïti connaisse. Cette chanson, ” Sa n ap fè”? est une interrogation à la société  

“Aprè konsta mte Finn fè mwen te wè BAGAY YO ANPIL, mwen te sòti novanm pase a ak Don Kato, kounya mw vinn poze sosyete a on kesyon, SA N AP FÈ. Sa nap fè ak timoun ki matisan yo, raboto timoun ki san paran yo, moun kap pati kite peyi, sa n ap fè ak peyi a.” explique le chanteur qui arrive à bien gérer et ses études et sa carrière de chanteur. 

“lè lekòl apa, lè studio apa. Lè mwen pa al lekòl mwen ale nan studio mwen konsantre m e chak ti vakans mwen genyen mwen eksplwate l. Epi papa m toujou ap voye je,” raconte-t-il. 

Cette collaboration avec BIC n’a pas été difficile selon les dires de Dardeley: après les prises de contacts, la voix de “Ti mari bèl gazèl” a été plus qu’heureux de participer à ce projet.  

“Papa m kòm manager mwen ayiti, Dorcima Gilbert,  jis kontakte BIC epi yo jwenn yon antant epi nou frape. BIC jis di se pa Dardeley ooo super star pam nan korèk. Mwen te apresye sa, e BIC ban m anpil konsey tou.” a-t-il poursuivi.  

Dardeley a choisi de faire des chansons engagées, car dit-il, c’est la réalité de tous les jours, c’est ce que lui et chaque Haïtien vivent indistinctement. Pour ce qui est de la peur de ce qui peut lui arriver à cause de sa musique, le jeune affirme que rien ne peut l’empêcher de porter ce genre de message. 

“Mwen konnen mesaj m ap pote ap toujou gen moun ki gen pwoblem ak yo, men sa pap anpeche m pou m toujou pote jan de mesaj sa yo.” explique celui qui se dit fier de faire ce genre de musique à son âge et de pouvoir collaborer sur des projets avec de grands ténors de la musique Haïtienne. 

Remerciant son staff, Dadeley conseil aux jeunes comme lui qui souhaitent faire de la musique et surtout engagées, de ne pas se décourager, de rester focus sur leurs objectifs et de poursuivre leurs études. 

Facebook Comments

Partagez cet article
Sam Sarah Devilus
Posté par Sam Sarah Devilus
Follow:
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.