La cherté de la vie et l’insécurité compliquent la rentrée des classes : « manman pitit mare vant »

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana
la cherté de la vie et l'insécurité compliquent la rentrée des classes « manman pitit mare vant »
Écoutez cet article

Dans quelques jours encore ce sera la fin des vacances d’été, ce qui enclenchera la rentrée des classes sur toute l’étendue du territoire haïtien. Face à la reprise des activités scolaires, sera-t-il possible pour tous les parents d’envoyer leur enfant à l’école. 

L’année académique 2022-2023 semble déjà pâle pour certaines personnes. La cherté de la vie complique encore plus la situation : « manman pitit mare vant », car la situation socio-sécuritaire du pays est de plus en plus merdique avec le temps. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Déjà tourmentés par les troubles des années précédentes, les écoliers n’ont aussi aucune garantie d’apprentissage en toute sécurité. Avec la prestation des groupes de gangs qui occupent majoritairement le territoire haïtien rien n’est certain. 

Des parents d’élèves se plaignent déjà des difficultés qu’ils affrontent actuellement : uniforme, fournitures scolaires, paiement du nouveau cycle scolaire valent une fortune ; ils n’espérent pas une manne tombée du ciel car Haïti est maudite. Aucun accompagnement n’a été engagé du côté du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP), ayant pour titulaire Nesmy Manigat, pour alléger les prochaines dépenses des parents et l’avenir d’Haïti. 

Facebook Comments

Partagez cet article
Pooshy Rosana
Posté par Pooshy Rosana
Follow:
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.