L’économie haïtienne ne croîtra pas en 2023, prévoit la Banque mondiale

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice  - Rédacteur
l'économie haïtienne ne croîtra pas en 2023, prévoit la banque mondiale

La Banque Mondiale (BM) dans un rapport publié cette semaine a présenté des projections économiques pour l’Amérique latine en 2023. Selon l’organisation internationale, en 2022, la région a connu une croissance de 3,6 %, principalement influencée par la consommation et la reprise des marchés du travail dans la période post-pandémique.

En effet, l’institution bancaire prévoit un ralentissement dans la région pour l’année 2023, qui croîtra de 1,3 %, et se redressera en 2024, avec 2,4 %. D‘après la Banque Mondiale, la contraction serait liée, à la maîtrise de l’inflation et à des « perspectives mondiales peu propices » dues à « une croissance quelque peu lente aux Etats-Unis et en Chine ».

- Advertisement -
Ad imageAd image

Néanmoins, le rapport de la BM indique également que les économies qui connaîtront la plus forte croissance seront la République Dominicaine (4,8 %), le Panama (4,5 %) et le Paraguay (4,5 %). De leur côté, rassure la Banque mondiale, la croissance des géants de la région sera inférieure aux attentes : l’Argentine connaîtra une hausse de 2 %, le Mexique de 0,9 % et le Brésil de 0,8 %, soulignant que dans le cas de l’Argentine, « la très forte inflation du pays va freiner l’activité économique », tandis qu’au Mexique, « les conditions monétaires restrictives, la persistance d’une inflation élevée et la baisse des exportations vont réduire l’activité ».

« Au Brésil, dans le même temps, les taux d’intérêt élevés freineront l’investissement et la croissance des exportations ralentira », a précisé l’institution bancaire.

Par ailleurs, la Banque Mondiale fait savoir dans ce rapport, que les économies qui croîtront le moins en Amérique latine seront le Chili, avec une baisse de -0,9 %, et Haïti avec -1,1 %, affirmant que « l’économie chilienne est susceptible de se contracter tout au long de l’année, car la baisse du revenu réel érodera la consommation ».

À noter dans le rapport des Perspectives de l’économie mondiale sur la situation régionale, la Banque Mondiale a précisé que les projections indiquent une stagnation du niveau de vie dans la première moitié des années 2020, avec un PIB par habitant en croissance moyenne de 0,6 % par an entre 2020 et 2024, ce qui pourrait, affirme l’institution, rendre plus difficile la lutte contre un large éventail de problèmes sociaux et aggraverait les obstacles qui empêchent un développement durable et inclusif en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Mackendy Filderice
Par Mackendy Filderice Rédacteur
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.