SOCIÉTÉ

4,4 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire en Haïti selon l’organisation Médecins du Monde   

Source Image : National Geographic

L’organisation Médecins du Monde, qui a déploré que le pays soit en “besoin critique”, a indiqué que la situation s’est aggravée à la suite du séisme de magnitude 7,2 sur l’échelle de Richter qui a eu lieu en août et a fait plus de 2 000 morts, 60 000 bâtiments effondré et plus de 75 000 bâtiments endommagés. 

L’ONG Médecins du monde a averti ce lundi que 4,4 millions de personnes, soit environ 40 % de la population, ont besoin d’aide humanitaire en Haïti, où près d’un demi-million de personnes vivent sans eau courante. 

Avec l’arrivée de nouveaux tremblements de terre en janvier 2022, la population est entrée dans une “panique”, selon un communiqué de Médecins du Monde, qui a souligné qu’il y a une forte demande d’aide psychologique de la part des Haïtiens. 

Le coordonnateur de l’ONG en Haïti, Nicolas Demers Labrousse, a déploré que cinq des neuf hôpitaux avec lesquels l’organisation travaille aient subi de graves dommages.  “Six mois plus tard, nous demandons qu’on accorde de l’attention à ce pays.”  “La combinaison de tremblements de terre, d’ouragans et de pandémies, ainsi que l’un des systèmes de santé les plus précaires au monde et des niveaux élevés de violence, font d’Haïti un pays en situation d’urgence sanitaire permanente”, a-t-il affirmé. 

Advertisements

Les données des Nations Unies indiquent que 23 % de la population n’a pas accès aux services de santé essentiels.  Environ 40 % des personnes qui n’ont pas accès aux soins de santé sont des mineurs et 65 % sont des femmes et des filles.  Cela représente une augmentation de 26 % par rapport à 2020. 

De plus, plus de 71 000 Haïtiens souffrent de maladies infectieuses et chroniques, tandis que 456 000 habitants vivent avec des services d’eau et d’assainissement médiocres, ce qui peut provoquer des diarrhées aiguës, le typhus et même le choléra. 

Le taux de mortalité maternelle est le plus élevé des Amériques, avec 529 décès pour 100 000 habitants.  Bien que les besoins soient importants, l’aide humanitaire est souvent entravée par des barrages routiers dressés par des groupes armés. 

“Maintenant, il est plus difficile d’atteindre les communes dans lesquelles nous travaillons, comme Grand Goâve et Petit Goâve, au sud de la capitale.  Un trajet qui prend généralement un peu plus de deux heures et qu’il n’est possible de faire qu’en hélicoptère jusqu’à un point sûr qui permet d’éviter les quartiers les plus conflictuels de la ville.  Pour le transport de matériel médical, nous nous coordonnons avec les organisations qui disposent d’un réseau de transport de fret maritime », a déclaré María José Venceslá, coordinatrice de Médecins du Monde Espagne en Haïti. 

Facebook Comments

Netalkole Media
Restez informé(e) 7 jours sur 7, 24h sur 24, des événements marquants de l’actualité haitienne et internationale.