50 nuances de Grey : le tournage était un enfer, raconte Dakota Johnson 

Sam Sarah Devilus
Sam Sarah Devilus
Photo : Elle
Écoutez cet article

Vous avez sûrement aimé l’adaptation cinématographique de la trilogie 50 nuances de Grey, ces films qui rallient romance, sex et drame. Si tout paraissait parfait à l’écran, selon Dakota Johnson, le tournage était synonyme d’enfer.  

Dans une interview accordée à l’édition américaine de Vanity Fair, l’interprète du personnage Anastasia Steele, est revenue sur le tournage des films 50 nuances de Grey, adaptés de la trilogie érotique écrit par E.L James. Dakota Johnson affirme que même si elle même et les autres personnages paraissent épanouis à l’écran, le tournage n’était pas rose, comme on pouvait se l’imaginer.  

- Advertisement -
Ad imageAd image

“Si j’avais su à l’époque que ça serait comme ça, je crois que j’aurais refusé le projet”, a-t-elle ainsi confié. 

La cause n’est pas bien loin. En effet, E.L. James, l’auteure des livres, voulait avoir un contrôle total de tous les détails de chaque scène et tous les jours, selon l’actrice, elle exigeait que certaines choses soient faites.  

“Elle voulait voir portées à l’écran certaines parties des livres qui ne fonctionnaient tout simplement pas dans un film, comme des monologues intérieurs, qui sonnaient incroyablement faux. C’était une bataille permanente,” A poursuivi Dakota. 

Il fallait faire les reprises que E.L James voulait faire et se plier à ses exigences, le tournage selon l’actrice, était devenu un chaos total. 

Dakota Johnson assure que malgré cela, elle n’éprouvait aucun regret d’avoir participé à ce projet. 

Les trois films sortis respectivement en 2015, 2017 et 2018 ont connu un véritable succès au box-office et ont récolté environ 210 millions d’euros.  

Ces films ont notamment permis à l’actrice de 32 ans de lancer sa carrière, elle paraîtra le 15 juillet prochain sur Netflix dans le film Persuasion, une nouvelle adaptation du roman de Jane Austen, sorti en 1917. 

Facebook Comments

Partagez cet article
Sam Sarah Devilus
Posté par Sam Sarah Devilus
Follow:
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.