INTERNATIONAL

Au Japon, certains établissements scolaires interdisent aux filles la coiffure queue de cheval

Dans les écoles japonaises, les filles doivent respecter une série de règlements strictes comme la hauteur des jupes et des chaussettes, le port de l’uniforme, la couleur des sous vêtements, pas de crop-top, pas de short et à tout cela vient s’ajouter l’interdiction formelle qui leur est faite, de porter une queue de cheval.

Selon certains directeurs d’écoles qui imposent ce règlement, la vue d’une nuque nue risquerait d’inciter sexuellement les garçons et nuire à leur concentration à l’étude.

Il n’y a pas de statistiques nationales concernant l’étendue de cette interdiction de la queue de cheval dans les écoles japonaises, toutefois, le journal Vice cite une étude datant de 2020 qui estime qu’une école sur dix interdit cette coiffure du côté de la préfecture de Fukuoka, dans le sud du Japon.

Advertisements

Sur Tic Toc, Motoki Sugiyama, un enseignant du secondaire, dénonce cette restriction. 5 écoles dans lesquelles il a enseigné depuis 11 ans, interdisent la coiffure queue de cheval.

« Ils craignent que les garçons ne regardent les filles, ce qui est similaire au raisonnement derrière le maintien d’une règle de couleur de sous-vêtements blancs uniquement. J’ai toujours critiqué ces règles, mais parce qu’il y a un tel manque de critiques et que c’est devenu tellement normalisé, les étudiants n’ont d’autre choix que de les accepter », a déclaré cet ex-enseignant, qui se mobilise pour dénoncer les exigences jugées insensées imposées aux élèves et qui souligne, entre autres, que cette justification lui a été donnée par les directeurs des établissements.

Les filles ne doivent pas non plus porter de sous-vêtements de couleur, seuls ceux qui sont blancs sont autorisés afin qu’ils ne se voient pas à travers leurs uniformes. En juin dernier, après de nombreuses critiques des élèves et parents, le gouvernement a demandé aux conseils préfectoraux de revoir ces règlements intérieurs, mais tous les établissements ne l’ont pas fait.

Facebook Comments

Sam Sarah Devilus
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.