Choléra : un héritage de l’ONU ?

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice  - Rédacteur
choléra  un héritage de l'onu (1)

Haïti fait face à d’innombrables problèmes graves. Par conséquent, la dernière crise de choléra met à l’épreuve la faiblesse de l’infrastructure médicale du pays, rapporte le journal Modern Tokyo Times.

Les décès dus au choléra ont récemment atteint 283 en Haïti. Ainsi, avec de nombreuses personnes hospitalisées, la crainte est que le nombre de morts continue d’augmenter.

- Advertisement -
Ad imageAd image

L’Organisation des Nations unies (ONU) a annoncé un appel d’urgence pour Haïti afin de contenir la crise. Par conséquent, l’ONU a lancé un appel pour 145 millions de dollars de soutien économique. Cependant, seulement 16 % de l’objectif souhaité est atteint.

Voice of America rapporte :  » L’ONU a déclaré jeudi que 283 personnes sont mortes de la maladie, tandis que 12 000 ont été hospitalisées. Plus de 14 000 cas suspects ont été enregistrés. Depuis l’épidémie, 155 000 personnes ont été déplacées, ce qui représente une augmentation de 80 % depuis août.« 

La BBC rapporte : « Haïti était exempt de choléra jusqu’en 2010, lorsqu’une épidémie s’est propagée à cause des fuites des tuyaux d’égout d’une base des Nations Unies abritant des Casques bleus népalais.

L’insécurité en Haïti est élevée. Reuters rapporte : « Les gangs haïtiens ont étendu leur territoire depuis l’assassinat en 2021 du président Jovenel Moise. La violence qui en a résulté a laissé une grande partie du pays hors de portée du gouvernement et a conduit à des fusillades de routine avec la police.

Un grand nombre d’Haïtiens sont confrontés à une lutte difficile pour survivre en ces temps habituels. La violence qui en a résulté a laissé une grande partie du pays hors de portée du gouvernement et a conduit à des fusillades de routine avec la police.

Scandales de l’ONU et des organisations caritatives

Beaucoup en Haïti ont également des souvenirs douloureux de crimes passés commis par des personnes liées à l’ONU et à diverses organisations caritatives. Par exemple, de nombreuses jeunes filles ont été abusées sexuellement par des soldats de la paix de l’ONU et ont été laissées à elles-mêmes après avoir été enceintes.

Rapports de l’AP (2017), « En mars, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre les abus et l’exploitation sexuels par les soldats de la paix de l’ONU et d’autres membres du personnel. Mais la proclamation avait une résonance tristement familière : il y a plus de dix ans, les Nations unies ont commandé un rapport qui promettait de faire à peu près la même chose, mais la plupart des réformes ne se sont jamais concrétisées… Pendant deux ans, après que ces promesses ont été faites, les enfants en Haïti se passaient de soldat en soldat. Et dans les années qui ont suivi, les Casques bleus ont été accusés d’abus sexuels dans le monde entier.« 

Oxfam et d’autres organisations caritatives ont également été impliquées dans des scandales de maltraitance d’enfants en Haïti et dans d’autres pays – similaires aux missions de maintien de la paix des Nations Unies. La BBC déclare : « Des allégations sont apparues pour la première fois dans le Times l’année dernière selon lesquelles des employés d’Oxfam, y compris l’ancien directeur national Roland van Hauwermeiren, ont utilisé de jeunes prostituées alors qu’ils étaient basés en Haïti après le tremblement de terre.« 

L’épidémie initiale de choléra et les scandales sexuels, tous liés à l’ONU, renforcent encore l’énorme méfiance. Par conséquent, des ponts doivent être construits à un niveau supérieur.

L’ONU a d’abord nié avoir propagé le choléra et tué environ 8 300 Haïtiens. Le New York Times (2012) rapporte : « En disant la vérité, l’ONU aurait pu gagner la confiance de la population et faciliter la lutte contre le choléra », a déclaré le Dr Renaud Piarroux, qui a mené une première enquête sur l’épidémie. « Mais c’était raté.« 

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Mackendy Filderice
Par Mackendy Filderice Rédacteur
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.