Dans les rues de Port-au-Prince, des journalistes ont marché contre la brutalité policière 

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana  - Rédacteur
dans les rues de port au prince, des journalistes ont marché contre la brutalité policière 

Des travailleurs de presse ont foulé le macadam hier dimanche 13 Novembre 2022 à Port-au-Prince, pour dénoncer les dérives policières répétitives déclenchées à l’égard des journalistes depuis quelques temps, et particulièrement l’assassinat, le 30 Octobre dernier, du journaliste web Romelson Vilcin devant l’enceinte même du Commissariat de Delmas 33 (Delmas), par des policiers de l’Unité Départementale de Maintien d’Ordre (UDMO).  

Vers 10 h du matin, plusieurs dizaines de journalistes, vêtus majoritairement de t-shirts blancs, s’étaient réunis sur la place de la Constitution, au Champs-de-Mars. Après quoi ils avaient parcouru les artères de Lalue, de l’avenue Martin Luther King pour atteindre Carrefour Aéroport, avec pour seul objectif : atteindre le lieu où leur confrère de presse avait été tué le mois dernier. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

À l’initiative du Collectif des Médias en Ligne (CMEL), de l’Association des Journalistes Haïtiens (AJH) et le Kolektif 50 mm, une offrande florale a été déposée devant la barrière du Commissariat de Delmas 33, où le journaliste Romelson Vilcin gisait dans son sang suite à son extinction par la police. 

Boucs émissaires des forces de l’ordre depuis quelques temps, les journalistes protestataires derniers ont lancé des messages forts à la Police Nationale d’Haïti (PNH) et à ses protégés, les appelant à respecter le travail des journalistes et la liberté de la Presse, menacée quotidiennement. 

Dans la foulée Me Arnel Rémy, avocat du CMEL, a appelé les journalistes à suspendre la couverture de tous événements ayant rapport à la PNH en solidarité audit collectif, ce jusqu’à l’aboutissement de l’enquête sur l’assassinat du jeune journaliste. 

En rappel, le dimanche 31 Octobre 2022, le journaliste Romelson Vilcin avait été tué par la police devant le Commissariat de Delmas 33, alors qu’il se solidarisait à un confrère, Robest Dimanche qui avait été arrêté illégalement plus tôt à Delmas 47 dans l’exercice de ses fonctions. Toutefois l’institution policière a tenté de se laver les mains en affirmant que celui-ci est mort des suites de ses blessures à l’hôpital Bernard Mevs, à Village Solidarité. Et, a annoncé l’ouverture d’une enquête qui tarde encore à aboutir.  

La presse en Haïti est tourmentée depuis quelques temps, plusieurs travailleurs de presse sont violés, battus et tués même sur le terrain, malgré l’identification nette et claire des auteurs criminels, malheureusement la justice tarde encore à les protéger des abus. 

Signalons que pas moins de 9 journalistes ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions autant par les bandits que les policiers, pour l’année 2022. 

 

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Pooshy Rosana
Par Pooshy Rosana Rédacteur
Follow:
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.