INTERNATIONAL

Diébédo Francis Kéré, premier Africain à remporter le plus grand prix de l’architecture 

Souvent considéré comme le prix Nobel de l’Architecture, le prix Pritzker récompense annuellement depuis 1979, le travail d’un architecte vivant qui montre à travers ses projets et ses réalisations, les différentes facettes de son talent et qui a eu un apport significatif à l’architecture. Il est décerné cette année au burkinais Diébédo Francis Kéré. Ce dernier devient le premier africain à se voir décerner ce prix.   

Ses œuvres comprenant des structures permanentes et temporaires sont très estimées, et ont été érigés en Afrique ainsi que dans son pays natal, mais aussi en Europe et en Amérique. Diébédo, 56 ans, se décrit comme l’homme le plus heureux de la planète en recevant ce prix, le plus prestigieux de l’architecture. 

« C’était une grande surprise mais je suis subordonné et très fier de voir que ce travail que j’ai toujours considéré comme une affaire personnelle ait pu être lié à la fondation Pritzker et que j’ai reçu ce prix pour un travail qui me passionne tant », a déclaré à BBC Afrique, celui qui considère l’architecture comme un service à l’humanité.  

Dans un communiqué, les organisateurs du prix Pritzker ont expliqué que Diebedo a reçu ce prix, grâce à son engagement pour la justice sociale et à l’utilisation intelligente des matériaux locaux pour s’adapter et répondre au climat naturel. 

« Il travaille dans des pays marginalisés, où les contraintes et les difficultés sont nombreuses et où l’architecture et les infrastructures sont absentes », ont poursuivi les organisateurs. 

Diébédo Francis Kéré est réputé pour avoir construit des écoles, des établissements de santé, des logements, des bâtiments municipaux et des espaces publics dans toute l’Afrique, notamment au Bénin, au Burkina Faso, au Mali, au Togo, au Kenya, au Mozambique et au Soudan. 

Advertisements

Il a également conçu et construit l’école primaire de son village au Burkina Faso, seulement à partir de briques de terre et d’un simple plan de ventilation. Selon les organisateurs du prix Pritzker, cette école magnifie la vision de Kéré qui consiste à construire une source avec et pour une communauté afin de répondre à un besoin essentiel et de corriger les inégalités sociales. 

« L’architecture est un instrument qu’on peut utiliser pour créer de meilleures villes, pour créer de l’espace qui inspire le monde, pour créer des salles de classe qui inspire la meilleure génération », soutient-il. 

Kéré pense aussi aux prochaines générations sur le continent et espère que cette récompense va encourager beaucoup de jeunes à emboîter le pas et à œuvrer pour aider les autres et pour un meilleur lendemain. Se dire que quelque soit où ils sont, s’ils croient à leur vision et s’ils travaillent dur, il y aura des fondations qui vont mettre ce qu’ils font sous une grande lumière. 

Le parcours de dix ans de Diébédo vers le sommet de son domaine n’a pas été simple, les opportunités étant très limitées dans son village. À sept ans, il s’est retrouvé entassé dans une salle de classe extrêmement chaude avec plus de 100 autres élèves. 

Cette expérience de la médiocrité des bâtiments a été sa première source d’inspiration pour améliorer la vie éducative des enfants du Burkina Faso, grâce à l’architecture. 

Facebook Comments

Sam Sarah Devilus
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.