Entre l’homme et la femme, qui fait réellement le premier pas ?

Sam Sarah Devilus
Sam Sarah Devilus
entre l'homme et la femme, qui fait réellement le premier pas ?
Credit : Motortion (Getty Images)
Écoutez cet article

Toute relation amoureuse a un commencement et déterminer la personne à faire le premier pas a toujours été un casse-tête car, bien que les temps évoluent, selon la société, il incombe à l’homme de faire le premier pas. Alors que ce dernier devrait se faire en toute spontanéité par celui qui est le plus attiré par l’autre, certaines femmes refusent de s’y laisser aller et certains hommes se sentent gênés si elles le font.

Mais qui fait réellement le premier pas dans un couple ?

Être le premier à engager la conversation, à faire la cour a toujours été du ressort de la gente masculine, aujourd’hui certaines femmes jeunes ou moins jeunes, avec qui NetAlKole Media a eu un entretien, avouent le faire, mais beaucoup d’autres se demandent si elles en ont le droit, ou comment l’homme en question prendra ce geste.

- Advertisement -
Ad imageAd image

Le problème en réalité ce n’est pas de faire la cour à un homme, mais nous connaissons tous la mentalité Haïtienne. Nèg la ka pran w pou yon pye lejè selman paske ou oze koze avè l, fè l konnen ou renmen l oubyen san w mache pou li. Mwen ka fè l men mwen pa p fè l akòz de sa“, a expliqué une jeune femme de la vingtaine.

Une autre a déclaré que souvent si la femme fait le premier pas, l’homme n’aura pas la même attitude à son égard que si c’était lui qui avait pris les choses en mains.

Kòm se ou ki koze, se ou ki renmen l, kidonk, li estime se ou ki pou goumen pou relasyon an mache. Gason deja gen kè pou fè fanm pase mizè epi fè estil sou fanm nan relasyon, ou imajine w si yon nèg panse konsa epi oumenm ou ale koze avè l ? non mèsi“, a-t-elle conclu.

Mwen menm m ap fè l e mwen fè l deja. Menm jan gason an ka rive sou ou li fè w konnen li renmen w e li vle avè w, se konsa tou yon fanm ka fè l. Mwen panse mantalite yo dwe chanje sou pwen sa tou. Sa pa anyen, koze ak yon gason pa p fè w pa rele fanm ankò. Vrè pwoblèm medam yo se paske yo pa vle nèg la di yo non, yo pran sa kòm pi gwo afwon, poutan jan ou gen dwa pou w repouse ti filè a, nèg la gen dwa sa tou. Se pa yon obligasyon pou nèg la renmen avè w jis paske ou koze avé l“, a fièrement déclaré Jennyfer.

Si certains hommes se sentent vraiment gênés quand une femme leur font la cour, d’autres pourtant aime bien cela, et la sensation qui vient avec.

Personnellement, j’aime les femmes qui prennent de l’initiative et qui brise les normes imposées par la société. Ça ne m’est pas encore arrivé, mais j’aimerai bien qu’une femme me fasse la cour. Mwen pa wè sa se anyen mwen menm”, souligne Marc, qui prend un discours différent de celui de son ami Serge qui, en aucun cas, n’accepte qu’une femme lui fasse la cour. “Sa se bagay pou gason fè“, clame t-il.

Pourtant, en parallèle, souvent, les femmes font le premier pas sans s’en rendre compte. Elles peuvent, par un sourire ou un regard, inviter un homme à les approcher. À l’évocation de cette hypothèse, Marc nous rejoint et la confirme. “En effet, ou konn ap gade moun nan lè je nou resi kontre li souri, m tou al koze monchè. Gen yon fason tou yon fanm ap pale devan yon piblik oubyen de yon sijè li tou di w : viens me faire la cour chéri.

Pour Ray, un peu plus catégorique croit que les hommes ne sont pas toujours ceux qui font le premier pas : “90 % des femmes font le geste magique et elle remarque dès le premier instant l’homme qui pourrait devenir le mèt afè. Nenpòt kijan sa ye se fi a ki ba w espas pou w abòde l, se vre se gason ki souvan demare konvèsasyon yo men se fi yo ki toujou remake w avan…”, a-t-il expliqué.

Jennyfer appuie également cette hypothèse, pour celles qui ne se voient pas approcher un homme, engager la conversation avec lui ou lui demander son numéro, elle pense qu’elles peuvent encourager les messieurs avec un sourire ou un regard de temps à autre. “L ap vinn jwenn ou epi tout rès bagay ap vini apre.

En somme, les deux genres font le premier pas, chacun à leur manière : les hommes osent beaucoup plus et les femmes, souvent elles le font sans piper mot, tout en conditionnant leur esprit à accepter ou non les avances de cet homme.

La femme bien souvent, sait exactement si cet homme qui l’approche aura une chance ou non. Et si cette approche est encouragée, il en sortira heureux. Pa janm di ou pa koze ak yon gason paske pafwa ekspresyon kòporèl oubyen vizaj ou fèl.

Facebook Comments

Partagez cet article
Sam Sarah Devilus
Posté par Sam Sarah Devilus
Follow:
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.