Haïti/Affermage : Des propriétaires exigent des paiements en dollars américains

Wallace Elie
ParWallace Elie- Redacteur
haïtiaffermage  des propriétaires exigent des paiements en dollars américains 

Malgré l’appréciation de la gourde par rapport au dollar, ce dernier reste en Haïti un luxe que certains citoyens ne peuvent se permettre. À travers une enquête du journal Netalkolemedia, des citoyens se plaignent que des propriétaires de maisons exigent le paiement des loyers en dollars américains. Les propriétaires eux, expliquent le pourquoi de cette décision.

Dans des entrevues, les citoyens ne cessent de critiquer les propriétaires de maisons en Haïti qui exigent le paiement des loyers en dollars américains. Ils expliquent que même les maisons situées dans des bidonvilles refusent la gourde. « Dans la banlieue de Delmas 32, pour une chambre à coucher, un espace pour la cuisine, le propriétaire demande 1500 dollars américains et l’exigent en monnaie étrangère », explique Ronald Jean-Pierre, père de deux enfants.

À Delmas 33, non loin du palais municipal de Delmas, Mme Lisenette, très amère, explique sa martyre pour avoir 1.000 dollars américains pour payer son loyer. « Les banques ne veulent pas nous donner de dollars, on nous exige un retrait de 100 dollars US. J’étais obligé d’aller le demander sur le marché informel avec un taux allant jusqu’à 152 gourdes le dollar américain. C’est absurde », lance-t-elle.

Alors qu’ils dénoncent cette décision, les propriétaires de maisons quant à eux, expliquent que cette décision survient en raison du prix des matériaux fixés en dollar américain. « Comment voulez-vous qu’on prenne de la gourde alors que tout ce qu’on achète pour la réparation de ces maisons sont en dollar américain ? Dans les quincailleries, les prix affichent en dollars, certains donnent l’équivalence en dollars. Il n’y pas d’effet sans cause », explique Boss Jean qui, lui aussi, exige le paiement en dollar pour son appartement de deux étages.

Jean Gesner, pour sa part, explique le pourquoi de sa décision de recevoir uniquement le paiement des loyers en dollar. « Je ne suis pas le propriétaire des maisons, mais étant donné que le propriétaire est aux États-Unis, donc payer en dollar est la meilleure option pour moi d’envoyer son argent sans ambages. Cependant, les locataires peuvent donner la moitié en dollar et l’autre moitié en gourde suivant le taux que nous allons fixer», nous a-t-il expliqué.

Par ailleurs, le problème du dollar en Haïti pour certains est la cause de l’insécurité, des banques commerciales font face à une rareté du billet vert dans leurs coffres-forts et imposent une somme de 100 $ US aux clients comme limite de retrait journalier. Tandis que d’autres obligent les clients à effectuer des retraits en gourde alors qu’ils possèdent un compte d’épargne en dollars.

Il faut aussi souligner que la rareté du dollar est aussi causée du fait que les propriétaires des banques revendent le dollar au marché informel. Cette rareté du dollar sur le marché haïtien est due aussi à une inadéquation entre l’offre du dollar et la demande de plus en plus croissante du billet vert. « Les banques et les entrepreneurs qui bénéficient de la mesure sur les importations stratégiques, achètent le dollar injecté par la BRH pour les revendre au marché noir », explique un économiste contacté par la rédaction.

Wallace  Elie

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Wallace Elie
Par Wallace Elie Redacteur
Follow:
Communicateur Social,journaliste. Motivation, Rigueur et écoute sont les maîtres mots de mon comportement professionnel.