Incident à Del Rio : un rapport sur les agents de la patrouille frontalière accusés d’avoir fouetté des migrants haïtiens sortira bientôt 

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana
Un agent de la patrouille frontalière américaine à cheval utilise les rênes pour tenter d’arrêter un migrant haïtien à Rio Grande au Texas. AFP via Getty Images
Écoutez cet article

Le National Border Patrol Council (CBP) annonce pour bientôt la publication d’un rapport sur les agents de la patrouille frontalière accusés d’avoir “fouetté” des ressortissants illégaux. Selon le président du CBP, l’administration Biden avait puni à tort les agents qui ont été accusés d’avoir fouetté des migrants haïtiens en septembre 2021. 

Le président Joe Biden utilise « l’autorité exécutive » pour punir les agents de patrouille frontalière qui étaient présents sur la rive du Rio Grande à Del Rio, au Texas, le 20 septembre dernier, lors de la crise migratoire impliquant majoritairement des Haïtiens. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Parallèlement, le commissaire du CBP,  Chris Magnus – qui s’exprimait lors d’un appel à la presse sur l’arrêt des produits fabriqués par le travail forcé en Chine aux États-Unis – a été interrogé sur l’enquête en cours qui a été lancée à la fin de l’année dernière sur des agents à cheval qui ont été accusés par un certain nombre de démocrates, dont le président Biden, d’avoir maltraité et fouetté des migrants haïtiens qui tentait de traverser le fleuve Rio Grande, à la frontière mexicano-américaine. 

Environ 15 000 ressortissants illégaux s’étaient entassés sous le pont Del Rio, au Texas – et voulaient rentrer aux États-Unis. La plupart d’entre eux ont réussi, d’autres ont été chassés à cheval puis expulsés vers leur pays d’origine, dont beaucoup d’Haïtiens. 

Suite à des scènes scandaleuses montrant des migrants haïtiens chassés par des hommes à cheval – des agents de la patrouille frontalière américaine – le président Biden et sa vice-présidente Kamala Harris, avaient critiqué l’agissement des agents concernés, augmentant la pression sur eux avec l’ouverture d’une enquête. Suite aux faits, le Bureau de l’Inspecteur général a refusé d’engager des poursuites pénales contre les agents et l’enquête a depuis été transférée au Bureau de la responsabilité professionnelle du Département de la Sécurité intérieure des États-Unis (DHS). 

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.