INTERNATIONAL

Jair Bolsonaro félicite les policiers qui ont participé au raid meurtrier de Rio de Janeiro 

Photo : : Sergio Lima / AFP

Quelques heures après la sanglante opération menée par la police brésilienne à Vila Cruzeiro, une favela de Rio de Janeiro, causant la mort de 25 personnes ce mercredi 25 avril, le président brésilien Jair Bolsonaro n’a pas manqué à tenir des propos élogieux à l’égard des policiers qui avaient orchestré ce raid. 

Sur son compte Twitter, le président extrême-droite brésilien a félicité les policiers qui avaient participé à cette vaste opération policière, qui sont pour lui des guerriers qui luttent contre les criminels et les narcotrafiquants. 

« Bravo aux guerriers qui ont neutralisé au moins 20 marginaux liés au trafic de drogue après avoir été attaqués durant une opération contre les chefs d’une faction criminelle », a tweeté le chef de l’État tard peu de temps après cette opération qui a duré environ douze heures. 

Lire aussi :

Une vingtaine de personnes tuées lors d’un raid de la police brésilienne à Rio de Janeiro

Advertisements

Parallèlement, le chef d’État brésilien s’en est pris à une partie des médias et aussi aux parties d’idéologie de gauche au Brésil. Selon le président brésilien, ces structures agissent au détriment de la police brésilienne. 

« La gauche ne veut pas que vous vous rendiez compte de la réalité du trafic de drogue au Brésil », a-t-il également écrit sur Twitter. « Ils diabolisent la police et traitent les criminels comme s’ils étaient des victimes, et non pas des bandits cruels lourdement armés qui méprisent les lois, oppriment, extorquent, menacent et tuent n’importe qui sans la moindre crainte». 

La police brésilienne est réputée comme étant l’une des forces de police les plus meurtrières au monde. Seulement en 2021, plus de 6 000 personnes ont été tuées lors des opérations menées par les forces de l’ordre. Une situation inquiétante et qui est souvent dénoncé par les organismes de défense des droits humains et d’autres structures de la société civile.

« La situation est extrêmement grave. Les autorités se doivent d’agir immédiatement pour suspendre ces opérations policières et éviter que d’autres personnes soient victimes de cette barbarie », écrit à travers un communiqué conjoint signé par une vingtaine d’associations, dont Amnistie internationale. 

En mai 2021, Rio de Janeiro avait enregistré le raid le plus meurtrier de son histoire avec 28 personnes qui ont été tuées, parmi lesquelles un policier. Un an après, à Vila Cruzeiro, 25 personnes sont mortes, dans la nuit du mardi 24 mai, ce qui constitue la deuxième opération la plus meurtrière de cette ville. 

Facebook Comments

Jacky Chery
Étudiant en Communication Sociale et en Sciences Juridiques à l'UEH, également Journaliste-redacteur à Netalkole Media. Un passionné de l'écriture et de la lecture.