La porte-parole de la maison blanche dit que Joe Biden se soucie d’Haïti, mais que la situation est « compliquée » 

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice
la porte parole de la maison blanche dit que joe bide se soucie d'haïti, mais que la situation est « compliquée » 
Écoutez cet article

Karine Jean-Pierre, porte-parole de la Maison Blanche, lors d’une apparition à Las Vegas à un congrès des journalistes minoritaires le samedi 6 août 2022, a fait savoir que la crise multidimensionnelle dont Haïti fait face et qui a causé la mort récente de centaines de personnes au cours des dernières semaines et continue de pousser le pays à une crise humanitaire, est “une situation compliquée” à laquelle il faudra du temps. 

Karine Jean-Pierre pendant sa comparution vantait la diversité de l’administration Biden ainsi que sa politique intérieure. Malgré cela, le président Joe Biden a fait l’objet de vives critiques pour certaines de ses politiques étrangères, en particulier en ce qui concerne Haïti. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

En effet, Haïti est en proie à des enlèvements endémiques et à des guerres de gangs meurtrières qui, selon le dernier rapport des Nations Unies, ont récemment entraîné de graves violations des droits de l’homme dans le nord-ouest de Port-au-Prince ainsi que la mort et les blessures de plus de 500 personnes le mois dernier. Des milliers d’autres ont été contraints de fuir leurs maisons. 

Malgré cette réalité, les États-Unis ont rapatrié avec force au cours des sept premiers mois de cette année plus de 20 000 Haïtiens contre 19 629 pour l’ensemble de 2021, selon les statistiques de l’Office international des Nations Unies pour les migrations. La plupart des migrants de retour aidés par l’OIM résidaient auparavant au Chili ou au Brésil, où plusieurs milliers d’enfants rapatriés sont nés – et ont été renvoyés par les États-Unis après avoir voyagé vers le nord. Les expulsions des États-Unis ainsi que d’autres décisions récentes sur Haïti ont conduit certains à se demander à quel point Biden se soucie. 

Interrogé par le journal américain Miami Herald sur les commentaires et la politique de l’administration d’expulsion des Haïtiens, Jean-Pierre a affirmé que les questions concernant Haïti lui sont personnelles. 

“C’est une situation géopolitique très compliquée à laquelle nous sommes confrontés”, a-t-elle déclaré, ajoutant “qu’Il n’y a pas de grande réponse, si ce n’est que nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour aider le peuple haïtien”. 

Cependant, Jean-Pierre a déclaré que les États-Unis ont fourni une aide humanitaire et ont eu des conversations avec leur ambassade à Port-au-Prince, qui est aujourd’hui située près du bastion de deux puissants gangs. 

“Il n’y a pas de réponse facile “, a-t-elle poursuivi. “Et il faudra du temps pour tout comprendre et ce ne sont pas seulement les États-Unis ; il est clair que ce sont les pays de la région, mais je vous dirai maintenant qu’en tant que quelqu’un qui a des parents nés en Haïti, qui me considère aussi comme haïtiano-américain, que je connais ce président depuis très longtemps. C’est très personnel pour lui. Il se soucie des gens et nous allons continuer à faire le travail, en travaillant avec le département d’État et notre équipe de sécurité nationale… Ça va juste prendre du temps”. 

Par ailleurs, Jean-Pierre a vanté l’engagement de Biden envers Haïti en disant qu’elle le connaissait depuis plus d’une décennie, voyageant avec lui à Little Haiti pendant sa campagne présidentielle et rencontrant des dirigeants communautaires. 

“J’étais avec lui lorsque le tremblement de terre s’est produit en Haïti et comment il a réagi”, a-t-elle déclaré, “et comment il a traité avec une communauté qui souffrait, qui était en deuil”, poursuit-elle. 

“Je l’ai vu avec des membres de la communauté. Il voit le pays comme, les gens là-bas… comme des amis des États-Unis”, a-t-elle conclut. 

À noter que Jean-Pierre a été invitée au congrès conjoint de l’Association nationale des journalistes noirs et de l’Association nationale des journalistes hispaniques, où elle s’est jointe aux présidentes Dorothy Tucker et Nora Lopez dans une conversation sur l’administration Biden et son rôle de première personne noire et ouvertement LGBTQ+ à occuper le poste d’attachée de presse de la Maison Blanche. Jean-Pierre est également le premier Haïtien-Américain à travailler. 

Facebook Comments

Partagez cet article
Mackendy Filderice
Posté par Mackendy Filderice
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.