Les associations patronales sidérées par les propos du Ministre des Affaires Étrangères 

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice
les associations patronales sidérées par les propos du ministre des affaires Étrangères 
Écoutez cet article

Les associations patronales signataires dans une note publiée ce mardi 27 septembre 2022, disent sidérer en prenant connaissance du message officiel porté par le ministre des Affaires Etrangères Haïtien, Mr. Généus, devant le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies, le lundi 26 septembre 2022. Les associations patronales appellent le gouvernement à «remédier rapidement à cet impair diplomatique, en offrant un nouveau message officiel véridique au conseil de sécurité de l’ONU, pour l’informer de la réalité sur le territoire. 

La Rédaction de Netalkole publie ci-après l’intégralité de la note. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Les associations patronales signataires de la présente ont été sidérées en prenant connaissance du message officiel porté par le ministre des Affaires Etrangères Haïtien, Mr. Généus, devant le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies, ce lundi 26 septembre 2022. 

Le ministre des Affaires Etrangères a dit hier – nous citons « Je suis en mesure d’annoncer qu’a l’exception de quelques cas isolés, la situation est globalement sous contrôle et le calme est revenu dans plusieurs parties du pays » – fin de citation. 

Le conseil d’administration de l’ADIH (Haiti Industry Association), de l’AmCham (Haiti American Chamber of Commerce), de l’ATH (Haiti Tourism Association), de la CCIH (Haiti Chamber of Commerce and Industry) et de la CCIHC (Haiti American Chamber of Commerce).  et Industrie haïtiano-canadienne) est donc profondément surpris par les propos irresponsables tenus par le Ministre Généus devant le Conseil de sécurité de l’ONU, car ils ne reflètent en rien la réalité de la situation actuelle au pays. 

En effet, les associations patronales signataires partent du principe que le Premier ministre est bien informé des troubles socio-politiques qui règnent dans tout le pays depuis le lundi 12 septembre.  Ces problèmes ont systématiquement paralysé tous les secteurs d’activité sur l’ensemble du territoire, entraînant la fermeture d’entreprises, d’écoles, voire de bureaux de l’État.  Les scènes de pillage et d’incendie de stations-service, d’entreprises privées, de résidences privées, de sites d’organisations internationales, voire d’institutions étatiques, le blocage d’un grand nombre de rues par des « barricades » empêchant la circulation des biens et des personnes, le blocus effectif par les chefs de gangs des terminaux d’essence pour empêcher la distribution gratuite de ces produits stratégiques, les mouvements violents de groupes de la population pour entretenir ce climat, et les Mouvements de manifestations populaires sont des faits qui décrivent la réalité de la vie haïtienne actuelle. 

C’est un fait que la PNH, malgré ses moyens limités, a tenté de rétablir l’ordre par des actions ponctuelles, mais c’est aussi un fait qu’en aucun cas on ne peut parler aujourd’hui d’un contrôle « source de situation » » quand les activités restent paralysées, quand le pays est en grève, quand il est impossible d’approvisionner en carburant sur tout le territoire, quand plusieurs hôpitaux ferment leurs portes, quand les enlèvements et les viols sont des faits courants, quand l’accès aux départements du Grand Sud et du Grand Nord est impossible, quand des milliers d’haïtiens restent déplacés de chez eux par des gangs armés, alors que les Haïtiens survivent dans la peur. 

On ne peut qu’imaginer que le ministre des Affaires étrangères, étant peut-être étranger aux affaires locales, a dû être mal informé et a affirmé au Conseil de sécurité de l’ONU que « la situation est sous contrôle ». 

 Cependant, compte tenu des conséquences d’une telle déclaration, les associations patronales estiment qu’il est du devoir du gouvernement de remédier rapidement à cette impasse diplomatique, en offrant un nouveau message officiel et véridique au Conseil de sécurité de l’ONU, pour l’informer de la réalité sur le territoire.
 

Nous espérons, Monsieur le Premier Ministre, que vous comprendrez les fondements de notre démarche, et saurez prendre les mesures appropriées pour rétablir la vérité, la crédibilité et l’image du Gouvernement haïtien. 

 Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, nos salutations patriotiques. 

CC : Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) 

Guillaume Lemke 

 Président 

 Association des Industries d’Haïti (ADIH) 

 Jean Philippe Boisson 

 Président 

 Chambre de commerce américaine en Haïti (AmCham Haïti) 

 Raina Forbin 

 Président 

Association Touristique d’Haïti (ATH)) 

 Michelle Moura 

 Président 

Chambre de commerce et d’industrie canado-haïtienne (CCIHC) 

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.