Les Jovenelistes annoncent de la couleur dans les rues de Port-au-Prince, et elle ne sera pas “rose” 

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana
Jovenel Moïse © REUTERS/Andres Martinez Casares
Écoutez cet article

Des proches de Jovenel Moïse entendent gagner les rues de la capitale Port-au-Prince durant deux jours consécutifs pour réclamer justice pour l’ancien président assassiné il y a un an de cela en sa résidence privée à Pèlerin 5, dans les hauteurs de Pétion-ville. Demain jeudi 7 juillet ramènera la première commémoration de la mort de JoMo. 1 an après le dossier est toujours dans l’impasse. 

Jusqu’à aujourd’hui des Jovenelistes pleurent le départ tragique de leur dirigeant : “Nèg Bannann nan”. Les 7 et 8 juillet, ils envisagent de prendre en otage les rues de Port-au-Prince pour réclamer justice. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

À l’occasion, des dirigeants d’organisations populaires, dont Rosemond Jean, s’attaqueront verbalement aux autorités politiques tels que le Premier ministre de facto Ariel Henry et le Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique (MJSP) Berto Dorcé pour leur implication dans l’affaire. Aussi, l’ancien président Michel Joseph Martelly ne sera pas épargné s’il ne s’invite pas à la mobilisation, averti Rosemond Jean.  

Des membres du Regroupement des Organisations pour l’Integration des Militants engagés d’Haïti, Carmène Céan et Mertil Marcelin, affirment de leur côté qu’ils n’ont aucune confiance dans la justice d’Ariel Henry et de Berto Dorcé. Ils envisagent même d’« affronter les assassins de Jovenel Moïse » lors d’une opération prévue pour les 7 et 8 juillet 2022. Ils menacent d’attaquer ceux qui ont financé l’assassinat du 58ème président haïtien. 

Rappelons que plus d’une quarantaine de personnes, dont des policiers et des mercenaires essentiellement colombiens et haïtiano-américains, sont écrouées au Pénitencier national pour leur implication dans l’affaire mais aucune condamnation n’a vu le jour jusqu’à aujourd’hui. 

La dernière gifle donnée au défunt président a été la libération de l’homme d’affaires de nationalité jordanienne Samir Handal, lundi dernier, suite à une décision de la 37e Haute Cour Pénale d’Istanbul, en Turquie. La décision de sa libération a été prise par ledit tribunal après avoir rejeté la demande d’extradition faite par le gouvernement haïtien.  

 “Cette demande d’ « extradition bâclée » produite délibérément par le gouvernement haïtien, particulièrement Ariel Henry, n’avait aucune chance de réussir”, avait dénoncé Claude Joseph, ancien Premier ministre de Jovenel Moïse, et ancien Chancelier. 

Facebook Comments

Partagez cet article
Pooshy Rosana
Posté par Pooshy Rosana
Follow:
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.