INTERNATIONAL

L’ONU se prononce sur les expulsions d’Haïtiens par Washington

Les Nations unies (ONU) expriment leurs profondes inquiétudes face aux expulsions massives de migrants haïtiens par Washington et pensent qu’elles pourraient contrevenir au droit international.

Les expulsions d’Haïtiens avaient été provisoirement suspendues après le séisme dévastateur du 14 août dernier. Cependant, en vertu d’une règle sanitaire adoptée par les autorités américaines au début de la pandémie afin de limiter la propagation du virus, la grande majorité des migrants continue à être expulsée immédiatement.

D’après les Nations unies, dans un communiqué, le Haut-commissaire de l’ONU aux réfugiés Filippo Grandi, a souligné que « Les expulsions massives et sommaires qui se déroulent actuellement en invoquant le Titre 42, sans tenter de déterminer les besoins en termes de protection, sont contraires à la norme internationale et pourraient être assimilées à du refoulement », qui est condamné par le droit international.

« Choqué », c’est le mot du commissaire, s’exprimant sur les images des milliers d’Haïtiens, regroupés depuis des jours sous un pont de la petite ville frontalière Del Rio, au Texas.

Advertisements

Par ailleurs, tout demandeur d’asile a le droit de voir sa demande examinée a précisé le Haut-commissaire.

Suite à l’annonce du président Joe Biden, samedi dernier, concernant l’accélération du rythme des expulsions par avion. Sur un total de 15 000 migrants, on y retrouve surtout des Haïtiens se trouvant dans des abris provisoires sous un pont au Texas. Ainsi, dans le but de décourager l’arrivé du nouveau migrant, demandeurs d’asile, les Etats-Unis ont prévu entre 3 à 8 vols par jour, en majorité sur Haïti avec entre 300 à 1000 expulsés par jour.

Notons que les républicains, comme les démocrates américains, dénoncent également le comportement du gouvernement américain également. Depuis quelques jours, plusieurs photos de ces milliers haïtiens ont fait le tour du monde, que ce soit dans les journaux ou sur les réseaux sociaux. Une situation qui symbolise une honte pour la nation haïtienne, et dont la majorité des rapatriés frustrés, ont dénoncé avec rigueur les mauvais traitements qu’ils ont subis.

Facebook Comments

Annelie Noel
Originaire de Port-au-Prince. Diplômée en communication et en hôtellerie. Elle est une journaliste motivée, attentive, dynamique et rigoureuse. Elle s'accroche beaucoup à son métier de journaliste.