Manifestation en faveur du retour de Jean-Bertrand Aristide à la tête du pouvoir  

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice
Photo : Odelyn Joseph
Écoutez cet article

Pour dire non à l’insécurité et non à la prolifération des cas d’enlèvement eu sein de la population haïtienne et pour réclamer l’ancien président Jean Bertrand Aristide à la tête du pouvoir comme président provisoire, des centaines de manifestants ont foulé les rues de la capitale ce dimanche 26 juin 2022.  Cette journée de mobilisation a été annoncée la semaine dernière par plusieurs organisations dont l’organisation de base Fanmi Lavalas. 

Plusieurs militants politiques ont répondu présent ce dimanche 26 juin 2022 pour exprimer leur mécontentement et leur fureur par rapport à la situation critique dont le pays fait face en ce moment surtout sur le plan sécuritaire. L’objectif de ce mouvement vise à dénoncer la mauvaise gouvernance de Premier ministre Ariel Henry, l’insécurité qui ravage le pays et qui théorise la population haïtienne et réclament l’ancien président Jean Bertrand Aristide à la tête du pouvoir entre autres a fait savoir les chefs de file. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Munis de pancarte et d’instruments de musique, sur les pancartes, et maillots sont indiqués un message de soutien à l’ancien président Jean-Bertrand Aristide. “Se ou nap tann  Aristide “, peut-on lire dans les maillots que portent les militants, ces derniers qui ont profité de l’occasion pour dénoncer l’irresponsabilité du Chef du gouvernement, Ariel Henry affirmant que le seul homme efficace et capable de sortir le pays de cette situation est le Dr Jean-Bertrand Aristide. 

” Nap mande pou Ariel Henry bay pouvwa, li pap regle anyen nan pays a, li pa vle fè eleksyon, bandi ap tiye moun, fè moun kite kay yo. Grangou ap touye nou ti sak diri ap vann 2500 goud sou, Aristide ti sak la te konn ap vann 250 goud”, a déclaré un militant politique, ajoutant que ” sèl prezidan Aristide ki ap ka fè eleksyon nan peyi a”. 

” Jodia son gwo jou li ye pou mwen, mwen kapab di se fèt mwen paske papam pral tounen”, a fait savoir un autre militant juste avant d’ajouter ” nap rete nan lari a jiskaske nou jwenm sa nou vle, ki se on nouvo Ayiti ke sèl Jean Bertrand Aristide ki ka banou’l”. 

Au moment de la réduction de cet article aucun incident n’a été déploré. Sous la protection de la police qui avait érigé des barricades légères pour leur empêcher d’outrepasser certaines limites. 

Facebook Comments

Partagez cet article
Mackendy Filderice
Posté par Mackendy Filderice
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.