Nouvelle journée de protestation antigouvernementale en Haïti  

Marie-Alla Clerville
Marie-Alla Clerville
Photo : Richard Pierrin/AFP
Écoutez cet article

Comme annoncé depuis quelques jours, une journée de manifestations a été organisée par le leader du parti politique « Pitit Desalin », Moïse Jean-Charles ce lundi 17 octobre qui ramène le 216e anniversaire de la mort de l’empereur Jean-Jacques Dessalines.  

En effet, Moïse Jean-Charles accompagné de milliers de protestataires a gagné les rues ce lundi 17 octobre pour se rendre à l’ambassade américaine afin de protester contre une nouvelle intervention militaire sur le sol haïtien.  

- Advertisement -
Ad imageAd image

Cette nouvelle journée de mobilisation générale s’est tenue dans les rues de la capitale et dans certaines villes de province. Certains manifestants ont brandi le drapeau de la Russie pour dire non aux politiques états-uniennes dans le pays. Selon les protestataires, Ariel Henry n’est pas l’homme de la situation et le peuple doit se soulever pour exiger le départ sans condition du neurochirurgien à la tête de la primature. 

 « Nous ne prendrons pas d’occupation, nous ne prendrons pas d’ingérence, nous ne tomberons pas dans le complot de l’ambassade du Canada avec ses acolytes pour assassiner la population haïtienne », déclare Pasteur Grégoire.  

De son côté, Le leader « Pitit Desalin », Moïse Jean-Charles encourage le peuple à se défendre « Je ne demande pas d’arme à feu, mais je demande à tout le monde d’acheter une machette pour aller dans les rues. Peuple Haïtien si vous ne vous défendez pas, vous mourrez », a-t-il prononcé. « Je viens d’annoncer à l’USA que nous avons déjà développé des relations de façon informelle avec beaucoup de pays dans le monde comme la Chine, la Russie et autres », Poursuit l’ancien sénateur du Nord. 

En fin de journée, les protestataires se sont dirigés vers l’ambassade américaine, mais la foule a été dispersée par les forces de l’ordre qui ont fait un usage abusif de gaz lacrymogènes et tiré plusieurs coups de feu. En effet, Le leader « Pitit Desalin», a été victime, et s’est obligé d’évacuer la foule avec l’aide de quelques manifestants.  

Le secrétaire général du parti « Pitit Desalin » qui a rappelé sur Twitter ce lundi que la Constitution de 1987 interdit la présence des forces armées étrangère sur le territoire national, annonce son prochain mouvement pour le 18 novembre, date de la commémoration du 219e anniversaire de la bataille de Vertières. 

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Marie-Alla Clerville, communicatrice sociale, rédactrice, designer, webdesigner et hôtelière. Passionnée de l’entrepreneuriat et de la technologie.