ACTU

Sommet des Amériques :  Le Premier ministre Ariel Henry a dressé le portrait de la situation actuelle du pays, et présente un consensus pour trouver une solution aux problèmes 

Photo : JUNO 7

Le Chef du gouvernement haïtien, Ariel Henry a pris la parole vendredi à une session plénière, au 9e Sommet des Amériques, qui s’est déroulé à Los Angeles. Le Premier ministre a exposé la crise haïtienne marquée par un recul de la démocratisation, l’insécurité alimentée par les gangs armés, qui volent, qui violent qui tuent et qui kidnappent des citoyens haïtiens ainsi que des étrangers. Le PM a mentionné aussi la fuite massive des jeunes et des cadres vers d’autres cieux. Le neurochirurgien fait appel à des investissements massifs en Haïti et dans d’autres pays de la région. 

En effet, la Premier ministre, Ariel Henry, lors de son allocation de quelques minutes à la tribune du 9e Sommet des Amériques, le vendredi 10 juin 2022, à Los Angeles, a exposé le portrait de la crise politique dont le pays face en ce moment. 

“Mon pays en ce moment fait face à une insécurité alimentée par des gangs armés qui violent, qui tuent et qui kidnappent des nationaux ainsi que des étrangers”, a déclaré le PM Henry, ajoutant que, les actions criminelles des gangs armés qui n’ont cessé de monter en puissance sont parvenues à empêcher la libre circulation des personnes et des biens. ” La péninsule sud victime du tremblement de terre du 14 août 2021 est pratiquement coupée du reste du pays”, a-t-il martelé à l’assistance composée d’officiels de pays du continent américain, tout en annonçant des mesures pour reprendre le contrôle de la situation. 

Le Chef du gouvernement haïtien n’a pas seulement parlé de l’insécurité, Le PM a aussi évoqué le recul de la démocratie en Haïti, la gravité de la situation, le neurochirurgien a aussi fait un bref rappel sur l’assassinat de l’ancien chef d’Etat, Jovenel Moise. 

” Nos institutions démocratiques se sont effondrées, l’avenir paraît si sombre, la situation est extrêmement grave”, a reconnu le Dr Ariel Henry, ce dernier qui a mentionné la gravité de la situation, rappelant que le président Jovenel Moïse a été assassiné, il y a quasiment une année. ” J’ai le sentiment désagréable que ceux qui ont conçu et financé ce plan macabre échappent encore à notre système judiciaire”, dit le Premier ministre Ariel Henry, ce dernier qui a toutefois gardé d’évoquer le fonctionnement aléatoire du système judiciaire Haïtien. 

Advertisements

Les conséquences d’une telle situation sont nombreuses et graves. Le neurochirurgien en a énuméré quelques-unes dans son allocution. Il s’agit entre autres, d’un ralentissement des activités économiques, d’une inflation importée, de la fuite massive des jeunes et des cadres vers d’autres pays de la région, selon le PM cette situation empêche la réalisation des élections et la transmission du pouvoir à des élus. “L’instabilité liée à une insécurité insupportable rend illusoire toute velléité de construire cet avenir durable, résilient et équitable”, a-t-il souligné, ajoutant qu’à côté de la fuite massive des jeunes et des cadres du pays, l’immigration illégale des Haïtiens un peu partout sur le continent comme une autre conséquence de la crise. 

” Si le phénomène affectait quelques pays limitrophes dans le passé, il s’étend dorénavant à presque tous les pays du continent. Les migrants haïtiens dans leur quête de mieux être, prennent tous les risques pour atteindre un pays d’accueil”, a fait savoir le Premier ministre Ariel Henry qui, d’un autre côté a affirmé que les autorités haïtiennes acceptent toujours de coopérer avec les pays de la région qui veulent rapatrier les migrants illégaux Haïtiens, pour lesquels il continue à plaider pour qu’un traitement humain respectueux de leurs droits leur soit réservés. 

Par ailleurs, Ariel Henry, exhorte des investissements massifs créateurs d’emplois stables en vue d’offrir aux candidats à l’immigration illégale des opportunités et des raisons d’espérer un avenir meilleur en autres. 

” Je suis à la tête d’un gouvernement de consensus issu d’un accord politique entre forces politique entre des forces politiques et antagoniques et ses secteurs de la société civile. Je continue sans relâche les pourparlers avec mes compatriotes pour tenter d’élargir ce consensus en alliant plus de groupes sociaux autour d’un plan conçu pour ramener les institutions du pays à un fonctionnement normal et pour restituer le pouvoir des élus librement choisis par le peuple haïtien dans le cadre d’élections libres et transparentes”, a-t-il conclut. 

Facebook Comments

Mackendy Filderice
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.