POLITIQUE

Une délégation du Bureau de Suivi de l’Accord du 30 août 2021 a rencontré les émissaires américains

Le Bureau de Suivi de l’Accord du 30 août 2021, a informé samedi dans une note de presse, qu’il avait envoyé une délégation de 4 membres du Bureau afin de rencontrer le jeudi 30 septembre, les émissaires américains Brian A. Nichols, Mark Wells du département d’Etat et Juan Gonzalez du Nationale Security. La délégation a fait valoir aux émissaires américains la nécessité d’une solution haïtienne à la crise rapporte le BSA dans la note

« Le BUREAU de SUIVI de L’ACCORD du 30 AOUT au MONTANA informe la population haïtienne qu’elle a été représentée par une délégation de quatre (4) membres à une séance d’informations avec Brian NICHOLS et Mark WELLS du département d’Etat et Juan GONZALEZ du National Security Council, ce jeudi 30 septembre sur l’invitation de l’Ambassade américaine », peut-on lire dans ladite note de presse.

« La délégation a exprimé sa volonté dans le cadre de l’exercice de sa souveraineté nationale en proposant une solution haïtienne à la crise. Cette solution passe par le rassemblement des secteurs organisés de la société, les regroupements de paysans les plateformes féministes, les syndicats, les groupes socio-professionnels, des organisations et partis politiques. Des enseignants, des groupes religieux, les organisations de la diaspora qui ont signé l’accord et qui ont décidé de ne plus se positionner comme observateurs mais comme acteurs citoyens. C’est une démarche consensuelle et participative qui, face au vide constitutionnel existant, peut conférer une forme de légitimité à un gouvernement intègre et honnête pour faire face aux défis actuels. Un gouvernement qui va travailler à créer une paix sociale qui permettra des élections crédibles issues d’un grand taux de participation de la population. Tous les acteurs organisés de la société en Haïti et dans la diaspora ont été consultés », a fait savoir le Bureau de Suivi ledit document

Par ailleurs le Bureau de Suivi de L’Accord du 30 aout a indiqué dans la note que la délégation a fait savoir aux émissaires américains qu’il n’y a pas un accord d’un côté et un accord d’un autre. « Il y a une mission de sauvetage national et de régénération d’un pays qui est devenu un enfer pour les haïtiens et qui expulse sa population et ses cadres vers les Etats-Unis et la région »

Advertisements

La délégation a rapporté également qu’elle a dénoncé l’idée d’une conférence internationale organisée par des étrangers tout comme toute tentative de sabotage du processus de dynamique sociale enclenché par la société haïtienne. « Nous avons fait appel à l’exigence d’humilité de la délégation en tant qu’acteur majeur pour reconnaitre leur part de responsabilité dans la situation de faillite que traverse Haïti aujourd’hui. Nous avons fait appel à la solidarité des États. Nous avons fait savoir que la société haïtienne a décidé la reprise de son destin et qu’elle est très attachée à la démocratie. Ainsi, nous avons plaidé pour un nouveau deal » avec les USA, un deal ambitieux à la hauteur de la première république noire du monde. », Lit-on dans la note de presse dudit Bureau

« Les émissaires du président Biden ont reconnu que le processus inclusif avec des multiples partie-prenantes qui a abouti à l’Accord du 30 août est inspirant et transformateur. Ils ont également réaffirmé qu’il n’y aurait pas de solutions imposées de l’extérieur et ont encouragé le BSA à poursuivre ses démarches », conclut la note.

« Nous avons rencontré les gens des différents accords, je pense que l’Accord Montana est un document très fort et très solide. La diversité et l’ampleur de l’Accord de Montana est très impressionnant, mais il y a d’autres groupes qui veulent participer. Mais tous ceux qui ont signé les trois accords ont accepté de s’entendre sur une seule vison », avise le secrétaire adjoint de l’hémisphère occidental Brian A. Nichols.

Facebook Comments

Ravensley Boisrond
Journaliste, Amateur de littérature et de la photographie, grand passionné du multimédia