Babekyou paralyse le pays à lui seul après avoir pris le contrôle de Varreux 

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana
babekyou paralyse le pays à lui seul après avoir pris le contrôle de varreux 
Écoutez cet article

Depuis plus d’un mois rien ne fonctionne sur le territoire haïtien en raison de la pénurie de carburant qui affecte tous les secteurs d’activités, et à la tête de cette crise un seul nom résonne : Babekyou. 

Le porte-parole de G9 an Fanmi e Alye a pris en otage l’un des plus grands centres de stockage de produits pétroliers du pays, le terminal Varreux, situé dans la commune de Cité-Soleil, bloquant ainsi son accès aux fournisseurs de pétrole. Et depuis rien ne va.  

- Advertisement -
Ad imageAd image

Les écoles, certains hôpitaux, supermarchés, entre autres institutions et entreprises ne fonctionnent plus ou ont été obligés de modifier leurs horaires puisque l’or noir est au centre de leur utilisation.  

En plus de cela, la pénurie de carburant affecte grandement la circulation routière à Port-au-Prince et dans les provinces : les rues sont presque désertes, les départements sont déconnectés, et le coût des transports équivaut à une petite fortune vu le prix du carburant sur le marché noir (au moins 3000 gourdes le gallon). 

Impossible de trouver de l’essence sur le marché formel, les pompes ont été obligées de suspendre leur service, et certains d’entre elles étaient déjà à court de carburant bien avant la séquestration du terminal Varreux. 

Actuellement plus de 37,8 millions de litres d’essence sont disponibles au dit centre de stockage situé à Cité-Soleil, mais malheureusement son entrée est occupée pleinement par des bandits de G9. En plus, ceux-ci s’approvisionnent librement. 

À deux reprises WINECO informe que ses sites ont été attaqués par des individus armés via le portail d’évacuation nord avoisinant Cité Soleil, et 4 camions-citernes remplis de carburant estimés à plus de 28 000 gallons ont été emportés par les auteurs de l’acte. Les hommes de Babekyou ont été pointés du doigt par les autorités locales. 

Le caïd qui occupe une partie de la route nationale no 1 ne jure que par la démission du Premier ministre Ariel Henry. Chaque jour il appelle la population à intensifier ses revendications. Plusieurs fois déjà Babekyou a gagné les rues pour protester contre le pouvoir en place et la communauté internationale, arme à la main. Des prestations qui allait attirer quelques temps après les discours de l’Éxécutif haïtien, puis de l’Organisation des États Américains (OEA), particulièrement des États-Unis et aujourd’hui des Nations-Unies.  

Actuellement, l’ancien policier converti en chef de gang, Jimmy Cherizier est la cible numéro 1 des pays amis d’Haïti après qu’il ait bloqué l’accès au port de carburant sur le territoire haïtien depuis plusieurs semaines, alors que le pays craint une nouvelle épidémie de choléra alors que la rareté affecte le bon fonctionnement des hôpitaux et limite l’accès à l’eau potable à la population.  

L’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield a directement prononcé, hier lundi lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations-Unies, le nom du criminel notoire. À travers ses sanctions, l’Oncle Sam entend sanctionner Babekyou et tous les responsables qui le soutiennent. 

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.