NETALKOLE

Découvrons 3 grands architectes haïtiens  

découvrons 3 grands architectes haïtiens

Des maisons somptueuses passant par les grands édifices publics, les patrimoines culturels et les sculptures, leurs réalisateurs ne sont pas assez connus ou loués pour leurs œuvres, qui pourtant jouent un rôle important dans la gloire du pays.  

Allons à la découverte de 3 architectes les plus remarquables qu’Haïti ait connu. 

Albert Mangonès  

Albert Mangonès, né le 26 mars 1917 à Port au Prince, est mort le 25 avril 2002.  Il était peintre, architecte et écrivain. 

Mangonès a été formé à l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles et à l’université Cornell de New York où il y a fait des études d’architecture entre 1939 et 1942. Il était, en 1944 parmi les fondateurs du Centre d’art de Port-au-Prince, qui joua un rôle important dans la découverte des peintres populaires d’Haïti. 

Il a sculpté en 1967, le monument du Marron inconnu, appelé Nèg mawon, en créole, figure emblématique de l’histoire d’Haïti, qui deviendra une œuvre d’art connue. Il est également l’un des pionniers de la sauvegarde du patrimoine monumental en Haïti, et crée en 1972 le Service de Conservation des Monuments et Sites Historiques, qui sera remplacé en 1979 par l’Institut de sauvegarde du patrimoine national (ISPAN). 

Albert Mangonès a participé aux travaux de restauration de la citadelle La Ferrière, du parc national historique incluant le palais Sans-Souci et le site de Ramiers, dans le Nord d’Haïti, classés au Patrimoine mondial par l’Unesco. 

Georges Baussan 

Ce diplômé de l’École Spéciale et Générale d’Architecture de Paris, est l’auteur de plusieurs édifices importants à Port-au-Prince, pour lesquels il a généralement adopté un style néoclassique, dont l’hôtel Splendid en 1905, l’église du Sacré-Cœur de Turgeau 1908, les Casernes Dessalines 1913, le Palais national, l’Hôtel de Ville de Port-au-Prince 1925-1928.  Ces bâtiments ont été gravement endommagés ou détruits par le séisme de janvier 2010. 

Léon Mathon 

Leon Mathon est diplômé de l’École d’Architecture de Paris et rentre en Haïti où il construit dans la première moitié du XX e siècle de nombreuses maisons particulières, dans un style inspiré de l’architecture balnéaire européenne de la fin du XIXe siècle.  

Il est un des plus remarquables architectes haïtiens du style gingerbread, qui mélange l’éclectisme et échos de l’architecture régionaliste. La plupart des édifices de cette période en Haïti aujourd’hui sont soit en danger ou ont disparu. Il en reste cependant quelques-uns dans certaines villes de provinces dont Jacmel. 

Avec son confrère Louis Roy, Léon Mathon, sera mandaté par le gouvernement et l’archidiocèse de la capitale, pour diriger et contrôler les travaux de construction de la Cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption de Port-au-Prince. 

Facebook Comments

Sam Sarah Devilus
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.