Dr Wilhelmine Edouard publie son premier livre pour enfants, Super mélanine

Sam Sarah Devilus
Sam Sarah Devilus
dr wilhelmine edouard publie son premier livre pour enfants, super mélanine
Écoutez cet article

La dermatologue Wilhelmine Edouard vient de publier son premier livre pour enfants, Super Melanin (kokennchenn melanin), un ouvrage qui prône l’acceptation de sa couleur de peau.

Les personnes avec la peau foncée sont souvent considérées comme laides, et ceux avec une peau claire sont belles et méritent toutes les attentions et les privilèges. Ce complexe grandit avec nous et reste incarné en nous, même à l’âge adulte. On refuse de voir notre beauté, parce que dès l’enfance, on nous fait croire qu’elle n’existait pas pour les personnes avec une peau foncée. La Docteure Wilhelmine Edouard vient changer la donne.

- Advertisement -
Ad imageAd image

Dermatologue spécialisée en médecine esthétique et en dermatologie pédiatrique, Docteure Edouard souhaite, à travers son livre Super Mélanine ou kokennchenn melanin an kreyòl, que les enfants acceptent et aiment leur couleur de peau, peu importe qu’elle soit foncée ou non. Elle travaille d’arrache-pied, pour que la version créole du livre soit disponible en Haïti au plus tard en janvier 2023. Les versions anglaise et française seront disponibles sous peu.

« C’est un livre pour enfants, mais tout le monde peut le lire. Les enfants sont mon public cible parce que si on veut réellement apporter un changement, il faut commencer avec les enfants. Leur cerveau est plus fluide et ils comprennent mieux. J’ai parlé de mon projet à un ami, Chevelin illustration, a qui j’ai expliqué que mon rêve est de mettre sur pied un matériel qui aidera les enfants à comprendre l’importance de leur peau et de la couleur de leur peau. » explique l’ancienne étudiante de la faculté Notre Dame d’Haïti.

« Je veux que les enfants comprennent le pouvoir de leur peau, parce que c’est la mélanine qui donne non seulement la couleur de peau, mais aussi, elle protège contre les rayons de soleil, le vieillissement cutané etc., et elle est également présente dans le cerveau. Je fais passer le message à travers des super-héros, parce que comme il existe Superman, Spiderman ou Batman, nous avons notre héros, Super Mélanine. Bien qu’il soit un livre pour enfant, tout le monde doit l’avoir sur sa table de chevet, » a-t-elle poursuivi.

Dr Wilhelmine souhaite que son livre qu’elle dit être très explicite grâce aux illustrations réalisées par Ralph Penel Pierre, change la perception que ce sont les peaux claires qui sont belles, ou qu’il faut utiliser des produits éclaircissants pour être belle, même si c’est ce que la société nous a toujours appris.

« Je sais que la société nous a toujours offert la publicité de la peau claire comme jolie peau, mais ce n’est pas vrai. Notre peau est extraordinaire, la couleur de notre peau noire est extraordinaire.  » Explique la dermatologue, qui raconte que ce livre est pour elle une thérapie, car avec sa peau noire et ses cheveux crépus, son entourage l’avait toujours fait sentir laide et pas à sa place. « Petite, j’ai toujours cru que j’étais laide, et j’utilisais des produits pour éclaircir ma peau. En soignant les gens, je soigne mes blessures intérieures.« 

Pourtant Docteure Wilhelmine Edouard n’a pas toujours préféré la dermatologie mais, plutôt l’orthopédie. Elle tombera en amour pour cette branche médicale, alors qu’elle effectuait sa résidence dans un centre de santé communautaire à Thomassin 25. Elle décide de faire la dermatologie, et se spécialise en médecine esthétique à la American Academy of Æsthetic, en dermatologie pédiatrique à l’Université de Nantes et se forme actuellement en psychodermatologie.

« Il y avait beaucoup de patients qui souffraient de gale et de teigne. Je me sentais utile. Jusqu’à présent je suis très satisfaite de mon choix, je fais un travail que j’aime, mais c’est aussi un moyen pour continuer à éduquer les autres sur la façon de prendre soin de leur peau aussi bien que sur les dangers de la dépigmentation et autres pratiques néfastes très présentes dans la société, » explique-t-elle.

Elle mettra sur pied en 2020 Skin Ayiti, une marque de produit de soin de la peau, inspirée de ses patients qui se plaignaient toujours de ne pas trouver des produits de qualité et adaptés à leurs types de peau.

« Quand j’ai commencé à pratiquer, j’ai très vite remarqué que mes patients avaient des difficultés à trouver des produits de qualité adaptés à leur type de peau. SkinAyiti leur apporte donc une solution et se présente comme une alternative cosmétique de qualité pour les femmes noires en général, nous autres de la Caraïbes en particulier.« 

Skin Ayiti comprend des Gels nettoyants, crèmes à base de niacinamide, des corrections pad, produits pour unifier le teint. Dédiés aussi aux peaux sensibles, ces produits sont utilisés dans le traitement des problèmes d’acné, de poils incarnés, mais d’autres articles seront bientôt ajoutés à cette ligne de cosmétique. Les produits sont disponibles via le site web de SkinAyitiwww.SkinAyiti.com , à Mind Body Ayiti à BerthéPétion-Ville, ou à Absolut Care Pharmacy, à Pèlerin 5.

Une partie des bénéfices provenant de la vente des produits de SkinAyiti, sert à financer les activités de son organisation à but non-lucratif du même nom, qui aide les orphelins et orphelines à se reconnecter avec eux-mêmes, avec leur nature, et à travailler sur leur estime de soi. Ils bénéficient également de consultations gratuites en dermatologie, pédiatrie, médecine interne et urologie.

Dr Wilhelmine Edouard affirme respecter le choix de chacun, mais en tant que médecin, parler de la dépigmentation de la peau est pour elle une sonnette d’alarme, car cette pratique est dangereuse pour la santé à long terme(problèmes rénaux ou cancer de la peau entre autres.)

« Je veux dire aux gens de s’accepter mais le vrai message est de préférence qu’ils protègent leur vie et la santé que Dieu leur donne, parce qu’on a qu’une’une vie. Ce n’est plus une simple question d’apparence, mais de vie, de santé et de ce que vous êtes prêts à faire pour les protéger. C’est un choix de vie, » conclut-elle.

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.