EVENT

Journée internationale des droits de la femme : tout ce qu’il faut savoir ? 

Source Image : CADTM

L’incendie d’une usine de chemises à New York, le 8 mars 1857, où 146 personnes sont mortes a marqué un tournant important dans la lutte pour les droits des femmes. 

La Journée internationale des droits de la femme, le 8 mars, a été déclarée par les Nations Unies en 1975. Deux ans plus tard, elle est devenue la Journée internationale de la femme et de la paix internationale. Aux États-Unis, elle n’est officiellement célébrée qu’à partir de 1994, alors que c’est dans ce pays que se trouvent les origines de la commémoration.   

Pourquoi ce jour a-t-il été choisi ?  

L’explication la plus plausible remonte au milieu du XIXe siècle, en pleine révolution industrielle. Le 8 mars 1857, des milliers d’ouvriers du textile ont décidé de descendre dans les rues de New York avec le slogan “Bread and Roses” pour protester contre les conditions de travail misérables et exiger une réduction des heures de travail et la fin du travail des enfants.  

Ce fut l’une des premières manifestations à lutter pour leurs droits, et différents mouvements, événements et mobilisations (comme la grève des chemiseuses de 1909) se succédèrent dès lors. L’épisode a également servi de référence pour fixer la date de la Journée internationale de la femme au 8 mars.   

Le chapitre le plus sanglant de la lutte pour les droits des femmes a cependant eu lieu le 25 mars 1911, lorsque l’usine de chemises Triangle Shirtwaist à New York a brûlé. Au total, 123 femmes et 23 hommes sont morts. La plupart étaient des jeunes immigrants âgés de 14 à 23 ans.  

Selon le rapport des pompiers, un mégot de cigarette mal éteint jeter dans une poubelle en tissu non vidée depuis deux mois est à l’origine de l’incendie. Les ouvriers et leurs collègues n’ont pas pu s’échapper car les directeurs de l’usine avaient fermé toutes les portes des escaliers et des sorties, une pratique courante à l’époque pour prévenir les vols.  

Incapables de fuir, de nombreux travailleurs ont sauté dans la rue depuis les huitièmes, neuvièmes et dixièmes étages de l’immeuble. La plupart des victimes sont décédées des suites de brûlures, d’étouffement, de blessures contondantes ou d’une combinaison de ces causes.  

La catastrophe industrielle, la plus meurtrière de l’histoire de la ville, a entraîné l’introduction de nouvelles réglementations en matière de santé et de sécurité au travail dans le pays.  

Advertisements

Histoire de la Journée internationale des droits de la femme  

Avant cette date, aux États-Unis, New York et Chicago avaient déjà accueilli le 28 février 1909 un événement qu’elles baptisèrent du nom de « Women’s Day », organisé par des femmes socialistes de premier plan telles que Corinne Brown et Gertrude Breslau-Hunt.  

Première journée internationale des femmes travailleuses  

En Europe, c’est en 1910, lors de la 2ème Conférence internationale des femmes socialistes, tenue à Copenhague (Danemark) avec le concours de plus de 100 femmes de 17 pays, que la proclamation de la Journée internationale de la femme travailleuse a été décidée.  

Derrière cette initiative se trouvaient des défenseurs des droits des femmes comme Clara Zetkin et Rosa Luxemburg. Ils n’ont pas fixé de date précise, mais le mois mars.  

La célébration s’est progressivement étendue dans d’autres pays. La Russie a adopté la Journée internationale des droits de la femme après la révolution communiste de 1917. De nombreux pays l’ont suivi. En Chine, il est commémoré depuis 1922, tandis qu’en Espagne, il a été célébré pour la première fois en 1936.  

Violet, la couleur représentative 

La couleur violette est la couleur représentative de la journée internationale des droits de la femme, et celle adoptée par les femmes ou les bâtiments en signe de revendication. C’était la couleur utilisée par les suffragettes anglaises en 1908. Dans les années 60 et 70, les femmes socialistes ont choisi cette couleur comme symbole de la lutte féministe et plus tard elle a été associée à la journée célébrée chaque 8 mars. 

Facebook Comments

Ravensley Boisrond
Journaliste, Amateur de littérature et de la photographie, grand passionné du multimédia