Le Canada ne veut pas du leadership de la force étrangère en Haïti

Witson Beaujour
Witson Beaujour  - Rédacteur
le canada ne veut pas du leadership de la force étrangère en haïti

Lors d’une visite au Canada aujourd’hui, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken s’est longuement entretenu avec son homologue canadienne, Melanie Jolly, au sujet de la crise que traverse actuellement Haïti. Avant même son arrivée à Ottawa, les États-Unis ont laissé entendre que les autorités canadiennes pourraient jouer un rôle de premier plan dans une éventuelle force d’intervention internationale. Le Canada semble avoir rejeté cette offre.

Pour l’instant, le Canada n’est pas pressé d’intervenir militairement en Haïti, malgré l’insistance de son puissant voisin. Lors d’une conférence de presse avec son homologue américain, le ministre canadien des Affaires étrangères Antony Blinken a réaffirmé que la solution à cette crise doit venir du peuple haïtien.

- Advertisement -
Ad imageAd image

« Il n’y aura aucune décision qui sera prise sans l’implication des Haïtiens. J’ai toujours dit que ce sera par et pour les Haïtiens parce qu’au final, c’est pour leur bien. Parce que présentement, c’est le peuple qui souffre en Haïti. Alors notre objectif, c’est de les aider, eux », explique Mélanie Joly.

La délégation canadienne consulte actuellement les intervenants sur le terrain afin « d’explorer différents moyens d’aider le peuple haïtien », a déclaré le gouvernement canadien, qui prévoit de soutenir « des solutions proposées par les Haïtiens afin de rétablir l’accès aux biens et services essentiels. »

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Witson Beaujour
Par Witson Beaujour Rédacteur
Witson Beaujour, journaliste-rédacteur, chanteur, musicien et mécanicien industriel. Passionné de reportages, de documentaires et de lecture.