Le GARR attire l’attention du public sur la présence accrue des femmes enceintes haïtiennes en République Dominicaine 

Jacky Chery
Jacky Chery
Photo : HaitiLibre
Écoutez cet article

Suite à la publication récente des données sur les femmes enceintes haïtiennes qui ont accouché dans les centres hospitaliers dominicains sur les neuf derniers mois, le Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés a interpellé le public en général sur cette situation combien inquiétante à l’autre partie de la frontière. 

De septembre 2021 à juin 2022, les autorités sanitaires dominicaines ont recensé dans les centres hospitaliers dominicains près de 32 000 nouveaux nés issus de femmes enceintes de nationalité haïtienne qui ont franchi la frontière pour des soins de maternité au sein des hôpitaux publics en République Dominicaine. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Le Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés ont rapporté que certaines de ces femmes ont payé jusqu’à des dizaines de milliers de pesos pour s’offrir le service des réseaux de passeurs pour se rendre dans les hôpitaux publics dominicains où ces soins sont relativement gratuits. 

Dans ce rapport cité par le journal Listin Diario, le nombre de nouveaux nés issus de femmes haïtiennes sur les neuf derniers mois en République Dominicaine avoisine les 30% comparativement à la quantité de dominicains qui sont nés sur cette même période. 

La plateforme de promotion et de plaidoyer pour les droits des migrants a indiqué que les femmes enceintes haïtiennes ont dû faire face aux injures des nationaux dominicains qui estiment qu’elles coûtent beaucoup trop cher au trésor public du pays pour leur prise en charge. 

Certains de ces femmes ont été également appréhendées au sein des hôpitaux et rapatriées sur le territoire haïtien dans des conditions inhumaines, a indiqué le GARR avant d’ajouter qu’elles ont également subi de maltraitances, d’attouchements sexuels et de violences verbales de la part des agents de la migration dominicaine. 

Le Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés interpelle les autorités haïtiennes à « mettre en place des infrastructures sanitaires standardisées au niveau des différentes zones frontalières du pays afin de garantir pleinement ce droit » pour diminuer l’affluence des femmes enceintes haïtiennes vers la frontière. 

 

Facebook Comments

Partagez cet article
Jacky Chery
Posté par Jacky Chery
Follow:
Étudiant en Communication Sociale et en Sciences Juridiques à l'UEH, également Journaliste-redacteur à Netalkole Media. Un passionné de l'écriture et de la lecture.