ACTU

“Les assassins sont soutenus par des politiciens, des gens de l’Eglise, des policiers, et mêmes des ambassades “, selon Monseigneur Dumas 

les assassins sont soutenus par des politiciens, des gens de l'eglise, des policiers, et mêmes des ambassades , selon monseigneur dumas 

Le Monseigneur Pierre-André Dumas s’est pris aux secteurs qui alimentent l’insécurité, selon lui. En présence des membres du corps diplomatique, l’Evêque du diocèse de Miragoâne, Anse-à-Veau, demande aux organisations de défense des droits humains de laisser l’institution policière de remplir sa mission, à l’occasion des 27 ans d’existence de la PNH, ce dimanche 12 juin 2022. 

En effet, l’homme religieux n’a pas gardé sa langue dans sa poche, ce dimanche 12 juin 2022, lors de la cérémonie œcuménique dédié au 27 ans d’existence de l’institution policière, qui s’est tenue à l’amphithéâtre de l’École nationale de Police à Route de Frères. 

Lors de son sermon, Monseigneur Pierre André Dumas a affrété les ambassades, les politiciens et les policiers qui participent à l’alimentation de l’insécurité dans le pays. Le cri de l’homme religieux résonne comme un appel à la détresse des familles haïtiennes qui sont livrée à elles-mêmes, dans cette situation précaire qui leur théorise. 

“Les Assassins circulent dans la ville, ils se font passer comme maître de notre ville. Ils sont parfois soutenus par des politiciens, parfois par des gens de l’Eglise, des mafieux même par des criminels de grand chemin et des criminels transnationaux “, a déclaré Monseigneur Dumas, soulignant que quelques fois les gangs armés reçoivent les soutiens des ambassades et des policiers imprudents. 

Advertisements

Par ailleurs, l’évêque catholique a rappelé que depuis plus d’un an, cinq (5) départements géographiques se sont coupés de l’Ouest du reste du pays. “Aucune fierté n’est à mettre à l’actif de cette célébration”, a-t-il soutenu. Les autorités sont appelées à partir à la rencontre de la population civile pour adresser l’insécurité a-t-il préconisé. Il revient aux forces vives de la nation, non aux amis d’Haïti, de faire front commun contre le mal du banditisme et la criminalité. 

“Le problème de l’insécurité est d’un intérêt souverain, donc c’est l’une des raisons pour laquelle, les autorités gouvernementales doivent encadrer les agents de la PNH”, a souligné Monseigneur Dumas, ajoutant que la volonté d’accompagner la PNH doit être clairement exprimée, dans le budget national, des actions à renforcer l’institution policière dans ses capacités opérationnelles doivent être exprimées également. “Il nous faut une institution policière digne et à la hauteur de sa mission “, a-t-il martelé. 

En outre, pour le membre de la Conférence des évêques d’Haïti (VEH), les organisations de défense des droits humains doivent laisser à la police Nationale d’Haïti (PNH) le soin de remplir correctement leur tâche.  

“Nous devons mettre un terme à cette prise d’otage de la population. L’ingérence humanitaire de cette doctrine inspirée par le Saint Pape Jean-Paul II, sied à la réalité d’Haïti. Cette thèse permet de mettre hors d’état de nuire les gangs armés qui théorisent la population haïtienne”, a-t-il conclut, en plaidant pour la fin des zones de non droit.

Facebook Comments

Mackendy Filderice
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.