INSECURITE

Près de 200 personnes sont mortes en Haïti le mois dernier selon OCHA, à la suite de l’augmentation de la violence due aux affrontements entre gangs

La violence est reine dans le Nord de Port-au-Prince. • ©ODELYN JOSEPH / AP

Un rapport du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que près de 200 personnes sont mortes en Haïti le mois dernier à la suite de l’augmentation de la violence due aux affrontements entre gangs dans la capitale du pays. 

Les chiffres des Nations Unies parlent d’eux-mêmes : 188 morts, 16 828 déplacés, 113 blessés, 12 disparus et 49 personnes enlevées pour lesquelles une rançon a été demandée. 

Fin avril, les affrontements se sont intensifiés entre des gangs rivaux lourdement armés visant à s’emparer du territoire de la capitale haïtienne, Port-au-Prince. Cela a semé la panique dans la population et, pour cette raison, de plus en plus de personnes, y compris des enfants, quittent leur domicile pour se réfugier dans des logements temporaires. 

Advertisements

La flambée de violence s’est propagée à des dizaines de quartiers, avec des centaines de familles prises entre deux feux. Selon le rapport d’OCHA, au moins 92 des 188 tués entre le 24 avril et le 26 mai n’étaient pas membres de gangs. 

De plus, selon l’organisme onusien, le nombre de morts pourrait être beaucoup plus élevé car l’accès aux différents quartiers est très difficile. 

 

Facebook Comments

Ravensley Boisrond
Journaliste, Amateur de littérature et de la photographie, grand passionné du multimédia