NETALKOLE

Quels sont les problèmes rencontrés par les enfants des rues ?

Les enfants des rues sont confrontés à bon nombre de problèmes. En effet, évoluant dans un milieu généralement qualifié de dangereux, ils encourent d’importants risques.

Certains de leurs droits sont, par conséquent, bien souvent, compromis.

Le droit à l’alimentation

Les enfants des rues n’ont souvent pas accès à une alimentation saine et en quantité suffisante. En outre, il arrive qu’ils ne disposent pas du tout de nourriture, car, vivant dans les rues, ils n’en produisent pas et n’ont pas d’argent pour en acheter.

Par ailleurs, les enfants ne bénéficient pas d’un régime alimentaire équilibré; ils mangent ce qu’ils trouvent. Parfois même, lorsqu’ils ont le choix, ils privilégient des produits non recommandés, tels que des glaces, gâteaux, etc. et encourent ainsi un risque de malnutrition. Des problèmes de croissance sont également courants chez ces enfants.

Le droit à la santé

La santé des enfants qui évoluent dans les rues, est fortement compromise. En effet, ils n’ont pas accès à des installations sanitaires : ils sont souvent sales et infestés de poux.

En outre, en raison d’un manque d’hygiène, les enfants des rues sont exposés à différentes maladies. Leur état de santé est souvent inquiétant.

Sans famille pour les soigner, ces jeunes doivent s’assumer et se prendre eux-mêmes en charge.

Par ailleurs, il est fréquent que les enfants des rues, pour échapper à leur réalité, consomment du cannabis, de l’alcool ou inhalent du gaz de pétrole. Ces conditions de vie très dures ont malheureusement un impact négatif sur leur développement physique et psycho-social, mais également sur leur développement culturel et économique.

Le droit à l’éducation

Advertisements

Les enfants des rues ne sont évidemment pas scolarisés. De ce fait, ils ne bénéficient pas des mêmes opportunités que les autres enfants. En effet, le manque de perspective d’avenir et l’absence de formation professionnelle entravent leurs chances de trouver un emploi et de quitter définitivement les rues.

Le droit à la nondiscrimination

« Les gens parlent mal de nous,

ils nous accusent de tout, ils nous appellent wad-bi ou drogue-gnoudba »

Perçus comme des marginaux, les jeunes des rues sont souvent victimes de discrimination. Généralement, les adultes ont des préjugés qui les stigmatisent comme « enfant de la rue ». Ils sont par conséquent souvent associés aux dangers des rues. Dès lors, ils est souvent difficile pour ces enfants de réintégrer la société.

Le recensement indique que depuis 2006, 1251 enfants de plus ont rejoint la rue, soit une augmentation de 55% depuis 2006. … Le phénomène des enfants et jeunes des rues a de multiples causes économiques, sociales et politiques

Le nombre total d’enfants des rues est inconnu, mais selon l’UNICEF il s’élève à plusieurs dizaines de millions dans le monde Il n’y a pas de recensement de ces enfants et les seules sources sont des estimations provenant d’associations locales, faites au niveau d’une ville. Mais les chiffres varient selon la définition employée (de, dans, à la rue), et sont parfois exagérés pour

« mieux » défendre leur cause. Les estimations font ainsi état de 11 millions d’enfants des rues en Inde, 445 000 au Bangladesh, 250 000 au Kenya 25 000 au Maroc, 200 000 à Kinshasa, etc.

La majorité des enfants des rues sont des garçons, les conditions de survie dans la rue contraignant les filles à chercher des abris ou des protecteurs très rapidement. Ceci est dû aussi aux différentes formes de travail des enfants : le secteur informel de la rue est plus souvent du domaine des garçons (bricolage, vente, cireur de chaussures, etc.) tandis que le travail des filles est souvent domestique et donc caché.

Pourquoi certains enfants vivent ou travaillent dans la rue?

La réponse est complexe – autant d’enfants des rues qu’il y en a dans le monde, il y a autant de raisons pour leur présence. Chaque enfant a sa propre histoire. Les raisons de leur lien avec la rue varieront d’un pays à l’autre, d’une ville à l’autre et d’une personne à l’autre.

Ces facteurs varieront également au fil du temps, tels que la pauvreté, les déplacements dus aux catastrophes naturelles et aux conflits ou la rupture de la famille conduisent tous à une augmentation du nombre d’ enfants des rues dans une zone donnée.

La pauvreté économique joue un rôle majeur , bien que d’autres facteurs soient tout aussi importants. Ceux-ci peuvent inclure: les décès de parents, la négligence parentale et d’autres facteurs sociaux tels que la violence et la maltraitance des enfants à la maison ou au sein des communautés.

La discrimination, le manque d’accès à la justice, l’absence de statut juridique (en raison d’un manque d’enregistrement des naissances par exemple) contribuent tous à une situation où un enfant vit ou travaille dans la rue.

Nous avons constaté que les enfants peuvent également migrer vers la rue pour d’autres raisons, notamment:

 

Facebook Comments