Selon une étude, 8% des rêves sont érotiques 

Sam Sarah Devilus
Sam Sarah Devilus
Photo : La Presse.ca
Écoutez cet article

Selon une étude réalisée par Antonio Zadra, chercheur à l’université de Philadelphie, parmi les rêves que nous faisons en dormant, 8% sont en effet des rêves érotiques. 

Pour réaliser cette étude, le Dr Antonio Zadra a demandé à 109 femmes et 64 hommes qui avaient tous environ 30 ans, de tenir un journal de rêves. Ils devaient y noter, s’ils s’en souviennent, chacun de leurs rêves, qu’ils soient érotiques ou non, pendant deux à quatre semaines.  

- Advertisement -
Ad imageAd image

A la fin de cette expérience, ils ont inscrit sur leurs carnets un total de 3564 rêves, dont 292 à caractère sexuel. Antonio Zadra a déclaré par la suite, que les rapports sexuels étaient le type de contenus sexuel le plus commun, suivi de propositions sexuels, de baisers et de fantasmes. Pour les hommes et pour les femmes, les rêves érotiques représentent 8% des rêves rapportés. 

Le rêve est normal et fréquent chez les femmes et les hommes et le rêve érotique en fait partie. D’autres études ont également affirmé que 8 % des rêves sont érotiques. Ils serviraient notamment à réguler les pulsions, à libérer les peurs, à soulager le stress.  

Selon le docteur Georges Romey, dans son livre les rêves et leurs symboles, avant la puberté, les rêves sexuels sont peu courants, car le système biologique n’est pas encore en place. Les premiers rêves érotiques surviennent entre 12 et 14 ans, selon chaque individu. 

“La puberté est propice aux songes les plus coquins, car elle est en étroite relation avec les premiers émois amoureux. Il s’agit alors d’un apprentissage de la sexualité qui se perpétue tout au long de l’âge adulte,” a poursuivi le docteur Georges Romey. 

L’inconscient serait le grand responsable des rêves érotiques, d’où environ 4 % des gens parviendraient à connaître des orgasmes bien réels lors de leurs rêves érotiques.   

“La masturbation représente environ 6% des rêves sexuels masculins ou féminins. Un orgasme à été vécu dans au moins 4% de tous les rêves sexuels. Il y avait pourtant une différence entre les sexes dans les rêves sexuels : ceux des hommes étaient plus susceptibles de se dérouler dans des lieux publics, de sorte que le rêveur initie des actes sexuels, des personnages inconnus ou plusieurs partenaires,” a déclaré le docteur Antonio Zadra, qui souligne que cette différence entre les sexes dans les rêves reflète les besoins éveillés, les expériences, les attitudes et préoccupations en matière de sexualité. 

Même s’il est plutôt rare qu’un ou des rêves érotiques soient interprétés en sexothérapie, il arrive parfois que ceux-ci soient des indices de blocages ou d’émotions refoulées. 

Facebook Comments

Partagez cet article
Sam Sarah Devilus
Posté par Sam Sarah Devilus
Follow:
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.