ECONOMIE

Un regard sur l’Ă©pargne

Que l’on soit fonctionnaire ou contractuel, marchands ou commerçants, on perçoit pendant une pĂ©riode donnĂ©e un revenu Ă©conomique destinĂ© Ă  la consommation ; une consommation susceptible de satisfaire nos besoins ou pulsions. Pourquoi ne faut-il pas consommer tout ce qu’on gagne ?

L’Ă©pargne, selon les Ă©conomistes, est la part du revenu disponible. C’est-Ă -dire : le revenu Ă  la disposition d’un mĂ©nage prĂŞt pour la consommation ; qui n’est pas utilisĂ© dans les dĂ©penses de consommation finale. Cette mise de cĂ´tĂ© d’une partie du revenu est dĂ» Ă  la nĂ©cessitĂ© de pallier aux incertitudes futures.

Si les incertitudes sont nombreuses, les mĂ©nages, par mesure de prĂ©caution, anticipent pour parer Ă  l’impact de ces dernières. Si les assurances santĂ©, de vie et de maladie sont, entre autres, des dĂ©cisions issues de ces incertitudes, il en est de mĂŞme pour l’Ă©pargne. Cependant, la fonction de l’Ă©pargne ne peut se rĂ©sumer qu’Ă  l’anticipation des risques. Ce dernier ouvre notamment l’accès aux transactions, aux Ă©changes commerciaux, de plus, avec un taux d’intĂ©rĂŞt qui s’ajoute sur les avoirs de l’Ă©pargnant, Ă©conomiser dans une banque renferme quelque peu d’avantage.

L’Ă©pargne, en un terme simple, c’est « mettre de l’argent de cĂ´tĂ© », chez soi (thĂ©saurisation) ou Ă  la banque (Ă©pargne). Lors de l’ouverture d’un compte d’Ă©pargne, il est toujours conseillĂ© de s’adresser au service Ă  la clientèle de la banque. Un dĂ©pĂ´t d’ouverture d’au moins 500 HTG ou 10 USD, une pièce d’identitĂ© officielle et valide, une preuve d’adresse, sont les informations de base d’après certaines banques en HaĂŻti.

Si le compte d’Ă©pargne permet, entre autres, d’avoir accès aux diffĂ©rentes cartes de crĂ©dit des institutions bancaires dont VISA ou Mastercard, il permet aussi l’octroi des prĂŞts, de service de change, des guichets automatiques facilitant des opĂ©rations bancaires, transferts de fonds, pour ne citer que ceux-lĂ , avec une porte d’ouverture sur les diffĂ©rents dĂ©partements du pays par le biais des succursales et de l’internet qui facilitent les transactions au niveau local et Ă  l’international.

Avec les avancĂ©es technologiques, l’internet est dominĂ© par les activitĂ©s Ă©conomiques, les transactions sont beaucoup plus prĂ©sentes sur la toile et les boutiques En Ligne poussent comme les cafĂ©ières de l’Ă©poque coloniale. LĂ  encore, les banques interviennent par le biais des comptes d’Ă©pargne.

Toutefois, si les alĂ©as de la vie courante poussent les mĂ©nages Ă  Ă©pargner, dans la plupart des banques du pays, ces derniers, quand il faut dĂ©separgner, font face notamment Ă  des difficultĂ©s exaspĂ©rant pour certains qui sont obligĂ©s Ă  faire la queue d’une longue ligne d’attente Ă  l’entrĂ©e des succursales avant d’ĂŞtre servis, alors que d’autres particuliers y sont libres d’accès ; partialitĂ© qui dĂ©range la plupart du temps.

Facebook Comments