John Joël Joseph confirme sa participation dans l’assassinat du Président Jovenel Moïse 

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice
Écoutez cet article

L’ancien Sénateur Jonh Joël Joseph a été comparu pour la première fois devant un tribunal fédéral américain, ce mercredi 11 mai 2022. Lors de son audition devant la justice américaine, Joseph a confirmé sa participation dans l’assassinat de l’ancien chef d’Etat Jovenel Moïse, le 7 juillet 2021 dans sa résidence officielle à Pèlerin 5.  

En effet, lors de l’audition qui a eu lieu ce mercredi, l’ancien Sénateur et l’un des suspects de l’assassinat du président Jovenel Moïse a avoué à la justice américaine, qu’il entretenait des relations avec l’un des chefs de gangs du pays avant l’assassinat du président Moïse, notamment le chef de gang de Pernier connu sous le nom de Vitelhomme Innocent qui, selon certains médias, aurait échappé de justesse a une tentative d’arrestation par la Police Nationale d’Haïti dans la commune de Pétion-ville.  

- Advertisement -
Ad imageAd image

Jonh Joël Joseph a également admis avoir fourni des véhicules et essayer d’alimenter en armes les mercenaires pour l’opération co-conspirateur, visant l’ancien homme d’Etat de la République d’Haïti Jovenel Moïse. Cependant, l’ancien Sénateur a précisé que « la mission n’était pas de tuer Jovenel Moïse, mais plutôt le capturé ».  

Les États-Unis mènent une enquête similaire à celle menée par Haïti, concernant l’assassinat du président Jovenel Moïse. Les accusés, Marie Antonio Palacios Palacios, ancien soldat colombien et l’homme d’affaires haïtien et trafiquant de cocaïne condamné, Rodolphe Jaar, sont tous deux accusés de complot en vue de commettre un meurtre ou un enlèvement en dehors des États-Unis et avoir fourni un soutien matériel entraînant la mort du Premier chef d’Etat Jovenel Moise. Néanmoins, Antonio Palcios Palacios a plaidé non coupable contrairement à Rodolphe Jaar, qui d’un autre côté continue de coopérer avec la justice américaine dans l’enquête sur l’assassinat du président Moise.  

Rappelons que, dans le cadre de cette enquête plusieurs personnes considérées comme suspectes sont détenues en Haïti, notamment 18 anciens militaires colombiens, qui sont accusés d’avoir tiré à plusieurs reprises sur l’ancienne Première dame de la République D’Haïti, Martine Moïse, et la laissant pour morte. 

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.