SANTÉ

De nouvelles mesures pour mettre fin au Sida d’ici 2030 

La Journée mondiale de lutte contre le sida est organisée chaque année le 1er décembre afin de sensibiliser et d’apporter un soutien aux personnes vivant avec le VIH/sida et de rendre hommage à ceux et celles qui ont perdu la vie à cause de celui-ci. 

Cette année marque la 30e édition de la Journée mondiale de lutte contre le sida. La première partie du thème de la Journée mondiale de lutte contre le sida cette année « Mettre fin aux inégalités. Mettre fin au sida. Mettre fin aux pandémies. » À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, la Maison Blanche a présenté mercredi, une stratégie visant à “mettre fin à l’épidémie d’ici 2030” aux Etats-Unis. 

Washington fait montre de ses actions mises en place à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida afin d’éradiquer l’épidémie. Ainsi, le président Joe Biden doit évoquer un peu plus tard dans la journée les grandes lignes de cette stratégie qui vise à réduire de 75 % d’ici 2025 le nombre d’infections par le VIH, et de 90 % d’ici 2030, selon une feuille de route présentée par l’administration américaine. Il s’agit pour cela de mettre en place une “approche plus coordonnée et plus intégrée”, a expliqué un responsable de la Maison Blanche. 

Par ailleurs, en plus de considérer la dimension médicale, l’exécutif américain veut également prendre en compte des facteurs sociaux, tels que les difficultés d’accès au logement ou l’insécurité alimentaire, qui peuvent jouer sur le diagnostic ou les traitements. 

Selon ONUSIDA, le risque de contracter le VIH est 26 fois plus élevé chez les homosexuels et les autres hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes. 30 fois plus élevé chez les travailleuses du sexe et 13 fois plus élevé chez les personnes transgenres. 

Advertisements

De plus, chaque semaine, environ 4 500 jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans sont infectées par le VIH. En Afrique subsaharienne, 5 nouvelles infections sur 6 chez les adolescents âgés de 15 à 19 ans touchent les filles. Les jeunes femmes sont deux fois plus susceptibles de vivre avec le VIH que les hommes. Seulement 53 % des enfants de 0 à 14 ans vivant avec le VIH ont accès au traitement du VIH. 

Alors que les nouvelles infections par le VIH augmentent dans 50 pays, elles n’ont baissé que de 18 % ces sept dernières années. D’après les estimations d’ONUSIDA, 9,4 millions soit 25 % des personnes vivant avec le VIH ne connaissent pas leur statut, ce qui constitue un véritable frein à l’élargissement du traitement et à la réduction des nouvelles infections par le VIH et des maladies liées au sida. 

En définitive, pour atteindre notre objectif de mettre fin au sida d’ici 2030, nous devons redoubler d’efforts pour remédier aux inégalités et promouvoir l’accès universel aux services VIH et santé qui ne laissent personne de côté estime l’ONUSIDA. 

À noter que : l’identification du premier cas de VIH apparaît en 1981, et que les causes de mortalité liées au sida ont emporté 700 000 personnes en 2019. 

 

Facebook Comments

Annelie Noel
Originaire de Port-au-Prince. Diplômée en communication et en hôtellerie. Elle est une journaliste motivée, attentive, dynamique et rigoureuse. Elle s'accroche beaucoup à son métier de journaliste.