Déploiement d’une force étrangère : c’est un prétexte pour que le PM puisse rester au pouvoir selon EDE 

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice
déploiement d'une force étrangère c'est un prétexte pour que le pm puisse rester au pouvoir selon ede 
Écoutez cet article

Suite à la décision du gouvernement actuel concernant la demande d’un déploiement d’une force militaire dans le pays, plusieurs personnalités politiques et des structures socio-politiques ont réagi. Dans une note constituée de trois pages publiées ce mardi 11 Octobre 2022, la structure politique dénommée « les engagés pour le développement » (EDE) croit que la demande d’intervention, est un prétexte pour le Premier ministre de facto de renforcer et de consolider ses pouvoirs afin qu’il puisse rester le plus longtemps possible. 

Dans sa note, le Parti des engagés pour le développement a  fait savoir que suite à la résolution du 6 octobre 2022 du Conseil des Ministres autorisant le Premier ministre Ariel Henry à demander et obtenir des partenaires internationaux d’Haïti le déploiement immédiat d’une force armée spécialisée en Haïti, l’organisation politique les engagés pour le développement (EDE) exprime son profond étonnement face à l’incontestable incohérence de l’équipe gouvernementale actuelle qui s’est systématiquement prononcée devant les instances internationales contre le déploiement de troupes étrangères dans le pays.  

- Advertisement -
Ad imageAd image

De ce fait, cette structure  invite le peuple haïtien à s’interroger sur les véritables motivations du Chef du gouvernement  et estime que la demande d’intervention, loin d’avoir pour but de remédier à la crise humanitaire qui sévit actuellement en Haïti, est un prétexte pour le Premier ministre de facto de  renforcer et de consolider ses pouvoirs pour qu’il puisse rester le plus longtemps possible à la tête du gouvernement, c’est-à-dire après avoir passé plus d’un an en tant que Premier ministre sans montrer la moindre volonté de créer les conditions nécessaires à la tenue d’élections dans le pays..  

« Le Parti engagé pour le développement invite le peuple haïtien à prendre note de ce que le gouvernement du Dr Ariel Henry s’est plié devant les manœuvres intéressées et pressions inadmissibles du président dominicain, Monsieur Luis Abinader, qui, pour défendre ses propres intérêts, a entrepris, en maintes reprises, des démarches opportunistes auprès de certains partenaires d’Haïti en faveur d’une intervention militaire dans le pays »,  a déclaré  la structure politique attirant  l’attention du peuple haïtien et de la communauté internationale sur le fait que le gouvernement dirigé par  Ariel Henry ne jouit actuellement d’aucune légitimité pour engager le pays auprès de l’international sur des projets pouvant avoir des impacts à court, moyen et long terme sur la vie du peuple haïtien. 

Pour les engagés pour le développement (EDE) le gouvernement de facto est foncièrement décrié et totalement rejeté par le peuple haïtien. De surcroit, le Premier ministre Ariel Henry, soupçonné d’être impliqué dans l’assassinat du Président Jovenel Moïse, s’est toujours opposé aux démarches visant à solliciter l’aide de l’ONU pour la mise en place d’une commission d’enquête internationale concernant l’assassinat du Président Moïse.  

Plus loin, EDE soutient qu’il revient principalement à la police Nationale d’Haïti (PNH) et non aux troupes étrangères de rétablir l’ordre et la paix dans le pays. Toutefois, EDE note que, malgré sa bonne volonté, la PNH s’est révélée impuissante devant les actions criminelles des gangs en raison de son déficit de ressources humaines et matérielles.  

« Face à ces limitations indéniables de la PNH et à la nécessité impérieuse de ramener la sécurité dans le pays, EDE croit qu’il est important pour la communauté internationale de renforcer son appui technique, financier et matériel à l’institution policière, afin de lui doter des moyens nécessaires et suffisants pour lutter efficacement contre les bandits », peut-on lire dans la note. 

Par ailleurs, la structure dit s’opposer de manière ferme à toute intervention étrangère, notamment celle qui aurait pour objectif de renforcer et de consolider les pouvoirs de Monsieur Ariel Henry, les intérêts des groupes privilégiés nationaux et internationaux ainsi que de faciliter la pérennisation d’un système socio-économique générateur d’injustices, d’inégalités sociales et d’extrême pauvreté. 

Comme rappel, le gouvernement dirigé le Dr Ariel Henry a adopté, en conseil des ministres en le 6 octobre 2022, une résolution autorisant le locataire de la primature, Ariel Henry a sollicité une intervention militaire dans le pays pour faire face aux gangs armés qui sèment la terreur au sein de la population hautement depuis des années.

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.