Haiti, en attente de la distribution du carburant pour faire face aux crises

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice  - Rédacteur
haiti, en attente de la distribution du carburant pour faire face aux crises

Le gouvernement a annoncé la distribution de carburant dans le pays, après que le gouvernement a repris le contrôle de la principale compagnie pétrolière et que les gangs armés ont garanti qu’ils n’entraveraient pas l’acheminement du carburant.

La circulation du carburant signifierait une amélioration de la crise en Haïti pour l’ouverture et le fonctionnement des centres de santé, des écoles et permettrait la libre circulation des biens et services touchés depuis la mi-septembre par le blocus de Varreux.

- Advertisement -
Ad imageAd image

Le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (Binuh) a exhorté le gouvernement à coordonner les efforts pour assurer la disponibilité du carburant. « La priorité est de sauver des vies et d’apporter un soulagement et une amélioration des conditions de vie de la population », a écrit le bureau politique de l’ONU sur Twitter.

L’ONU a également reconnu « le travail louable » effectué par la Police nationale d’Haïti (PNH) pour reprendre le contrôle de Varreux. L’institution d’ordre a indiqué qu’elle continuera à consolider sa présence et sa position dans la zone de terminal de Varreux.

« La Police nationale est déterminée à poursuivre le combat inlassable pour sécuriser le périmètre de Varreux, faciliter la sortie du gaz afin qu’il puisse être distribué aux pompes pour que la vie reprenne comme il se doit », a indiqué l’institution.

Bien que la police haïtienne ait pris le contrôle du terminal, elle ne pouvait garantir la sécurité sur les routes qui y mènent. Par conséquent, Jimmy Chérizier, le chef de la coalition de gangs connue sous le nom de G9, a annoncé la fin de la clôture et assuré que la zone peut être pénétrée sans crainte.

 » Nous voulons que nos enfants retournent à l’école le plus tôt possible. Nous voulons que le coût de la vie soit réduit au maximum », a déclaré Chérizier, un ancien policier connu sous le nom de Barbecue, qui s’est dit « un patriote » et « un nationaliste » qui cherche à « changer » les conditions de vie des Haïtiens.

Chérizier a fait l’objet de sanctions de la part du Conseil de sécurité de l’ONU, qui l’a accusé d’avoir participé à des actes menaçant la paix et la stabilité, ainsi que d’avoir dirigé ou commis de graves atteintes aux droits humains.

Auparavant, le chef de gang demandait l’amnistie pour débloquer le terminal pétrolier, des postes au sein du gouvernement et la levée des mandats d’arrêt contre ses compagnons.

Cette pénurie de carburant a contribué à la paralysie économique et à la crise humanitaire en Haïti, avec la fermeture d’hôpitaux, affectant la distribution d’eau et l’assainissement. Dans cet environnement, le choléra est réapparu dans le pays après trois ans sans qu’un cas n’ait été signalé.

La maladie a déjà causé plus de 100 décès, avec un total de 5 829 cas suspects, 571 confirmés et 4 999 hospitalisés. Dans son dernier bilan, le MSPP précise que, parmi les décès, 76 sont survenus dans des centres institutionnels et 44 à domicile.

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Mackendy Filderice
Par Mackendy Filderice Rédacteur
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.