INTERNATIONAL

La cour constitutionnelle Colombienne autorise le suicide assisté pour les malades 

Photo : L'Obs
Listen to this article

“Le médecin qui aide une personne en proie à une souffrance intense ou à une maladie grave et qui décide librement de disposer de sa propre vie, agit dans le cadre constitutionnel “a jugé la Cour constitutionnelle de Colombie. 

Une grande première en Amérique Latine : la Colombie, où l’euthanasie est autorisée depuis 1997, vient d’autoriser, hier jeudi 12 mai, le suicide assisté d’un médecin par médicaments, pour les personnes souffrantes d’une maladie grave ou incurable. 

Avec six juges pour et 3 contre la Cour constitutionnelle Colombienne a abrogé un article du code pénal, punissant de 12 à 36 mois toute personne fournissant une aide au suicide, et empêchant un médecin de fournir l’aide nécessaire à une personne qui, dans l’exercice de son autonomie personnelle, choisit de mourir dans la dignité.  

Selon la cour, le médecin est celui qui dispose des meilleurs outils techniques, scientifiques et éthiques permettant de garantir la sauvegarde de la dignité humaine dans cette procédure.  

“Les avancées de la science doivent être utilisées de manière altruiste et solidaire envers ceux qui sont dans un état de santé extrême et qui désirent une mort digne.”a poursuivi la cour. 

Pour etre éligible au suicide assisté, la personne doit être diagnostiquée d’une blessure ou d’une maladie grave ou incurable, leur causant une douleur physique ou mentale intense, jugée incompatible avec une vie digne.  

Advertisements

“Il s’agit d’une étape décisive pour que notre pays consolide sa position comme l’un des plus avancés au monde en matière de droit à mourir dans la dignité” a déclaré le directeur de recherche de Desc LAB, un laboratoire des droits économiques, sociaux et culturels, Lucas Correa au journal Reuters. 

En appliquant cette loi, la Colombie devient le premier pays en Amérique latine a autorisé le suicide assisté. Cependant, il punit toujours jusqu’à 9 ans de prison quiconque incite ou aide à mettre fin à la vie d’une personne en souffrances intenses, en raison d’un préjudice corporel ou d’une maladie, en dehors du cadre légal c’est à dire, sans la supervision d’un médecin. 

En juillet 2021, la Colombie avait étendu le droit au suicide assisté, en l’autorisant aux malades qui ne sont pas en phase terminale, mais souffrant toutefois d’intenses douleurs physiques ou psychologiques résultant d’un préjudice corporel ou d’une maladie grave et incurable.  

Cette décision, est très critiquée de quelques mouvements et organisations de ce pays franc Catholique, par exemple, le mouvement Pro-Vie, critique, entre autres, le fait que ce soit une poignée de magistrats et non le Congrès qui se prononce sur des sujets sensibles comme l’avortement, l’euthanasie ou le suicide.  

Trois mois de cela, cette même Cour constitutionnelle avait dépénalisé l’avortement jusqu’à 24 semaine de grossesse. 

La différence entre l’euthanasie et le suicide assisté réside dans la personne qui administre le médicament létal. Pour un suicide assisté, c’est le malade qui s’injecte directement le produit, sous le contrôle d’un médecin, alors que pour l’euthanasie, c’est le personnel médical qui s’en charge. 

Click to download NetAlkole News App Free

Facebook Comments

Sam Sarah Devilus
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.