SOCIÉTÉ

La crise perdure en Haïti

Depuis plus d’un mois, Haïti fait face à une pénurie de carburant qui a paralysé le bon fonctionnement des activités au sein de la population. Cette crise a déjà entraîné la mort de plusieurs personnes dans les hôpitaux, de femmes enceintes, d’enfants et de patients atteints de covid19.

Cette situation est d’une part à l’origine de bandes armées bloquant l’accès aux approvisionnements du carburant dans les terminaux, d’autre part l’impuissance  des autorités haïtiennes.  

Déjà certaines institutions, comme les banques commerciales, ont annoncé la réduction de leurs horaires en raison de cette pénurie. 

 Les hôpitaux, les médias, les banques, les institutions publiques et privées dans le pays sont complètement paralysées en raison de la pénurie persistante de carburant qui affecte Haïti depuis plus d’un mois. 

L’un des principaux hôpitaux du pays, Bernard Mevs, a annoncé samedi qu’en raison du problème de carburant, qui affecte le fonctionnement du centre, “nous sommes contraints de ne plus recevoir de patients”. 

Advertisements

Parallèlement, certaines institutions, telles que les banques commerciales, ont annoncé la réduction de leurs horaires en raison de cette pénurie, qui est principalement due à l’insécurité et aux barrages routiers par des gangs qui contrôlent des quartiers clés de Port-au-Prince.  

Les guichets de la banque ouvriront lundi, mercredi et vendredi de 8h30 à 14h jusqu’à ce que la distribution de carburant revienne à la normale, a indiqué l’Association des propriétaires de banques. 

En raison de la crise actuelle, les prix des transports en commun ont doublé voire tripler, tandis que dans les rues de la capitale, pendant les heures de classe, on voit des dizaines d’élèves se rendre à pied à l’école. 

 Rappelons qu’en octobre dernier, l’ONG Médecins sans frontières dénonçait que la pénurie de carburant « affectait gravement ses opérations » en Haïti. 

Haïti au jour le jour n’arrête pas de plonger au fond du trou, le tout dû à une mauvaise gestion politique où les autorités en place ne font pas correctement leur travail pour accompagner la population, tout est au point mort en Haïti, le secteur du divertissement, l’éducation, l’économie, la sécurité. Pour ne citer que ceux-ci 

Facebook Comments

Ravensley Boisrond
Journaliste, Amateur de littérature et de la photographie, grand passionné du multimédia