SOCIÉTÉ

La majorité des prisonniers étrangers détenus en République Dominicaine sont Haïtiens  

21% des prisonniers haïtiens en République dominicaine sont détenus pour homicide et 12% pour viol. Des chiffres qui ont été révélés par la procureure générale dominicaine Miriam Germàn Brito, lors d’une rencontre avec des responsables du Ministère des Haïtiens Vivant à l’Étranger (MHAVE), la semaine dernière. 

Actuellement, la population carcérale dominicaine ombrage 1 464 détenus de nationalité haïtienne, ce qui représente 80% des 1 828 étrangers hébergés dans les cellules. Ils ont été emprisonnés pour meurtre et viol. 

458 parmi ses reclus ont entre 30 et 45 ans ; 448 entre 18 et 30 ans ; 388 entre 45 et 55 ans et 100 ans entre 55 et 70 ans. Et parallèlement, 70 prisonniers haïtiens dépassent les âges susmentionnés, selon les autorités pénitentiaires. 

925 détenus haïtiens dans cette longue liste souffrent de problèmes de santé comme l’hypertension artérielle ou le diabète, et reçoivent une assistance médicale, ont fait savoir Roberto Hernández Basilio, chef de la Direction générale des services pénitentiaires et correctionnels (DGSPC) et Patricia Lagombra Polanco, directrice des centres de correction et de réadaptation. 

Advertisements

Rappelons que le système carcéral dominicain héberge au moins 26 763 prisonniers, le nombre d’Haïtiens, 1 464, représente 5% de son contenu. La ministre des Haïtiens Vivant à l’Etranger, Judith Nazareth Auguste – accompagnée d’une délégation – avait exprimé l’intérêt du gouvernement haïtien à la procureure générale Miriam Germàn Brito à mettre en place des mécanismes de coopération qui lui permettront d’apporter une plus grande assistance aux Haïtiens incarcérés en République dominicaine. Les échanges avaient eu lieu le 22 avril dernier. 

 REDACTION : Pooshy Rosana 

COPYRIGHT “ NETALKOLE MEDIA 2022 

 

Facebook Comments

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.