La RD intensifie les déportations haïtiennes, ce qui augmente les tensions

Mackendy Filderice
Mackendy Filderice  - Rédacteur
la rd intensifie les déportations haïtiennes, ce qui augmente les tensions

La République Dominicaine intensifie les déportations des Haïtiens et crée une unité de police axée sur les étrangers, alimentant les tensions entre les deux pays des Caraïbes dont les relations sont, depuis des décennies, entachées par des différends migratoires.

Le président dominicain Luis Abinader a publié la semaine dernière un décret appelant à l’application des protocoles de migration et à la création d’une unité de police pour enquêter sur les étrangers vivant dans des « occupations foncières illégales ».

- Advertisement -
Ad imageAd image

Les critiques haïtiennes ont noté que ces plans sont contraires à un appel des Nations Unies pour que les pays ne ramènent pas les citoyens en Haïti en raison de la violence chronique des gangs.

« Le Premier ministre Ariel Henry est très préoccupé par les déportations massives qui ont lieu en République Dominicaine », a déclaré Jean-Junior Joseph, porte-parole du bureau du Premier ministre, dans un communiqué mercredi. « Nous espérons que les droits de nos citoyens seront respectés.« 

Le ministère des Affaires étrangères de la République Dominicaine n’a pas immédiatement répondu à un courriel demandant des commentaires.

L’ONU Le haut-commissaire aux droits de l’homme, Volker Turk, a appelé la République Dominicaine à mettre fin aux déportations des Haïtiens, citant la violence et les violations systématiques des droits de l’homme dans leur pays d’origine.

Abinader, dans les commentaires diffusés par les médias dominicains, a décrit les commentaires de Turk comme « inacceptables et irresponsables », affirmant que la République Dominicaine n’avait pas les ressources pour aider plus de Haïtiens et ajoutant que les autorités stimuleraient les déportations.

Il n’était pas immédiatement évident combien de Haïtiens ont été expulsés depuis l’entrée en vigueur du décret.

Jean Bonheur Delva, chef du Bureau national des migrations, a déclaré mardi aux médias locaux que le chiffre était d’environ 50 000 au cours des trois derniers mois.

Cette période a coïncidé avec une crise humanitaire causée par le blocage du terminal Varreux par des gangs pendant six semaines provoquant des pénuries d’essence et de diesel qui ont paralysé la plupart des activités économiques.

Ulrika Richardson, coordinatrice résidente et humanitaire du système de l’ONU en Haïti, a déclaré mercredi aux journalistes que les responsables de l’ONU travaillaient « pour promouvoir le partage d’informations et le dialogue entre les deux pays », a rapporté le journal Reuters.

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Mackendy Filderice
Par Mackendy Filderice Rédacteur
Follow:
Étudiant en sciences politiques à l'Université Quisqueya, Journaliste-Rédacteur à Netalkolemedia, Publiciste, Humanitaire. Amoureux de la vie et de l'apprentissage.