Trafic d’armes à Port-de-Paix : le RNDDH fait des révélations fracassantes et salue les efforts de la PNH 

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana
Photo : Alter presse
Écoutez cet article

Dans un nouveau rapport, le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) a fait de nouvelles révélations sur l’affaire relative à la cargaison d’armes et de munitions saisie à Port-de-Paix le 1er juillet dernier par la Police Nationale d’Haïti (PNH) et informe que plusieurs personnes, dont des magistrats ont été soudoyés pour libérer les personnes arrêtées dans cette affaire. 

Début juillet, des armes de poing, des chargeurs, des fusils ainsi que 120 000 cartouches destinées à des fusils d’assaut de longue portée ont été retrouvés dans 157 caisses par des agents douaniers de Port-de-Paix à bord du navire “Miss Lili One” en provenance de la Floride, aux États-Unis 

- Advertisement -
Ad imageAd image

Suite à cette découverte, Fritz Jean Relus qui était chargé de recevoir une partie de la cargaison et d’organiser son recel, puis son transport à Port-au-Prince, allait être arrêté par la police. 

Toujours selon le RNDDH, le propriétaire du bateau Jonas Georges, lors de la fouille de son bateau, avait déclaré haut et fort avoir payé suffisamment cher la directrice de la douane de Port-de-Paix, Nadège Rebecca Étienne, pour éviter les embrouilles de ce genre. Le même jour, il a été arrêté pour association de malfaiteurs et trafic illégal d’armes à feu. 

Les deux hommes susmentionnés allaient être libérés par la suite sur ordre du commissaire du gouvernement près le tribunal Tribunal de première instance de Port-de-Paix, le magistrat Michelet Virgile, le 6 juillet 2022. 

L’organisme de droits humains informe qu’un montant de 200 000 dollars américains avait été fourni pour la libération de Fritz Jean Relus et Jonas Georges, et que plusieurs membres de l’appareil judiciaire ont eu leur part du gâteau. 

Suite à ce scandale, Me Michelet Virgile a été arrêté le 12 juillet dernier mais quelques heures après son appréhension, le doyen près le Tribunal de première instance de Port-de-Paix, le magistrat Yves-Marie Pericles, sans aucun procès-verbal de constat d’un juge de paix, avait vite fait son ordonnance de libération en habeas corpus, en sa faveur. 

L’ordonnance a été acheminée au lieu de rétention du magistrat Michelet Virgile. Cependant, les agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH) sur place n’ont pu y donner suite, en raison de l’heure tardive. Dans la soirée, le magistrat Michelet Virgile a été transféré aux bureaux de la DCPJ, à Tabarre, dans le département de l’Ouest, révèle le Réseau National de Défense des Droits Humains. 

À présent, le dossier prend de l’ampleur avec l’implication de plusieurs responsables au sein du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique. Le RNDDH en veut pour preuves le mandat d’amener, l’interdiction de départ et l’avis de recherche émis à l’encontre de Me Fritz Aubourg, directeur adjoint des affaires judiciaires pour forfaiture, concussion et association de malfaiteurs ; et l’arrestation en date du 22 juillet 2022, de Me Robinson Pierre-Louis, avocat de Jonas Georges et membre du cabinet du ministre de la Justice et de la sécurité publique, Me Bertho Dorcé, pour forfaiture, suspicion de corruption, trafic d’influence et association de malfaiteurs. 

Le RNDDH révèle sur ce point que le magistrat Michelet Virgile a affirmé que les Me Fritz Aubourg et Robinson Pierre-Louis ont mis tout leur poids dans la balance, en vue d’obtenir la libération de Fritz Jean Relus et Jonas Georges – les deux principaux concernés dans cette affaire. 

Facebook Comments

Partagez cet article
Pooshy Rosana
Posté par Pooshy Rosana
Follow:
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.