INTERNATIONAL

Au Salvador, une femme est condamnée à 30 ans de prison pour avoir fait une fausse couche 

Photo : Top Sante

Esme, (le prenom a été modifié) une Salvadorienne, est condamnée à 30 ans de prison pour avoir fait une fausse couche. Elle est accusée d’avoir mis volontairement un terme à sa grossesse. 

Arrêtée après s’être rendue à l’hôpital en 2020, Esme est placée dès lors en détention provisoire. Lundi, le tribunal a statué sur son cas et la condamne à 30 ans de prison suite à sa fausse couche. 

Esme avait cependant appelé les urgences, mais n’avait pas reçu les soins nécessaires et avait perdu son fœtus. Elle a été dénoncée par la police et accusée d’homicide. 

“La condamnation d’Esme est un pas en arrière dévastateur pour les progrès qui ont été réalisés dans la criminalisation illégale des femmes souffrant d’urgences obstétriques au Salvador”. a déclaré Paula Avila-Guillen, avocate internationale des droits humains et directrice du Women’s Equality Center. 

Déclarant que les accusations du parquet étaient biaisées et teintées de stéréotypes de genre,l’avocate d’Esme, Karla Vaquerano, a annoncé qu’elle ferait appel de cette décision de justice.  

Advertisements

Au Salvador, l’avortement est interdit dans toutes les circonstances même en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère et du bébé. Une IVG est poursuivie comme un homicide aggravé, et les peines atteignent parfois quarante ans, comme dans le cas de Maria Teresa Rivera, qui a pu fuir en Suède et y obtenir l’asile. 

Actuellement, environ une dizaine de femmes se trouvent derrière les barreaux à la suite d’urgences obstétriques qui conduisent à une fausse couche. On accuse ces femmes d’avoir en réalité tenté de mettre un terme à leur grossesse. 

La condamnation d’Esme est la première depuis 7 ans au Salvador pour cette cause, et également la première à avoir lieu durant le mandat de Nayib Bukele, au pouvoir depuis 2019, dans lequel les féministes avaient placé beaucoup d’espoir. 

Durant sa campagne présidentielle, Nayib Bukele avait laissé entendre être favorable à la dépénalisation de l’interruption de grossesse en cas de danger pour la vie de la femme enceinte. Beaucoup de ses promesses ne sont toujours pas tenues, alors qu’il est au pouvoir depuis 2019. 

Facebook Comments

Sam Sarah Devilus
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.