NATIONALPOLITIQUE

Divorce dans l’air entre le SDP et Ariel Henry ? 

Crédit Photo : Haiti 24

Suite à l’assassinat du président Jovenel Moïse survenu le 7 juillet dernier, le premier ministre sortant d’alors, Claude Joseph, avait pris les rênes du pays avec le support de l’international. Quelques jours après, alors que le nom de ce dernier était cité à répétition en tant que suspect dans le cadre du meurtre, notamment par un média colombien, Ariel Henry, le premier ministre désigné à l’époque, a bénéficié de la bonne grâce de l’international. Alors, Claude Joseph s’est gentiment retiré pour faire place à M. Henry. 

Ariel Henry a alors pris les commandes du pays avec son gouvernement. Ses premiers jours ont été parsemés de critiques, à défaut de légitimité et de consensus. De nombreuses voix se sont élevées pour rappeler que la constitution de 1987 ne reconnaît pas de gouvernement monocéphal. Toutefois, le Premier ministre s’est accroché jusqu’à trouver un support de taille, le Secteur Démocratique et Populaire. Ce qui lui a permis de bien s’accrocher au pouvoir avec l’accord du 11 septembre. 

Tout semblait aller pour le mieux entre les deux parties. Mais, la veille du 1er novembre, par la voix de Nenel Cassy, le SDP avait fait plusieurs sorties pour exiger à Ariel Henry l’application de l’accord nommé « accord 11 septembre » et la tête du directeur général de la Police Nationale d’Haïti (PNH) d’alors, Léon Charles. Peu de temps après, Léon Charles avait démissionné pour céder sa place à Frantz Elbé. L’application de l’accord aurait permis le renvoi du gouvernement actuel pour installer un nouveau. Faute de quoi, l’ancien sénateur des Nippes avait même menacé de refouler le macadam ; cette fois, contre le PM Henry. 

Pourtant, Ariel Henry peine à appliquer l’accord ; les jours passent mais l’ancien gouvernement est toujours en place. Intervenant sur une radio de la capitale, Nenel Cassy a récemment déclaré qu’ils ont pris acte de la démission de Léon Charles mais avait clairement déclaré que leur demande ne s’arrête pas à cela et que le PM doit mettre l’accord du 11 septembre en application.  

Advertisements

Ce 18 novembre, date de la commémoration de la 218ème anniversaire de la bataille de Vertières, au MUPANHA, le premier ministre Ariel Henry a délivré un discours de circonstance au cours duquel il a, encore une fois, ouvert ses bras en lançant un appel à l’unité pour former un gouvernement et préparer les prochaines élections. Ce qui voudrait dire que le PM cherche encore de nouveaux alliés. 

Parallèlement, le SDP avait organisé une rencontre avec ses partisans venus d’un peu partout et s’est prononcé sur la situation actuelle du pays. Les dirigeants du secteur ont ensuite déclaré que Ariel Henry n’est pas leur ami et qu’ils avaient signé l’accord dans le but d’apporter un apaisement à la population haïtienne. Tôt ce 19 novembre, le porte-parole du SDP, Me André Michel a déclaré sur Twitter : « Le Secteur Démocratique et Populaire reste attaché à l’accord du 11 septembre dont nous exigeons l’application. La position du SDP est claire : nous ne participerons pas à un gouvernement dominé par le PHTK, Martellistes, Jovenelistes. Le PM Henry doit assumer ses responsabilités. »  

De quoi mettre une bonne couche de pression sur le premier ministre. 

Bien que les faits montrent qu’il existe peut-être un désaccord entre Ariel et le SDP, les réactions montrent que certains croient dur comme fer que tout ça n’est qu’une stratégie employée par le Secteur Démocratique et Populaire pour contourner le feu des critiques qui pèsent sur ses membres puisque le pays demeure dans l’insécurité, la cherté de la vie prend de plus en plus d’ampleur, la rareté de carburant s’intensifie, etc. S’aligner ouvertement aux côtés d’Ariel ne ferait qu’aggraver leur cas pensent plus d’un. Toutefois, il faut attendre les prochains jours pour déterminer de quoi il en est réellement.  

Facebook Comments

Peterson Dorsainvil
Peterson Dorsainvil est journaliste, écrivain, slameur et amoureux fou des lettres. En quête de moi-même, je fais de ma plume ma boussoule dans ce monde désorienté.