JUSTICE

L’affaire Martine Phebe, responsable du groupe Thoy’Art est classée sans suite 

L'affaire Martine Phebe, responsable du groupe Thoy'Art est classée sans suite 

Comme l’avait sollicité le commissaire du gouvernement d’Aquin, la titulaire de la troupe Thoy’Art, Martine Phebe, s’est présentée par devant le Tribunal de Première Instance de la commune, ce jeudi 3 février 2022. 

Suite à une plainte déposée contre Martine Phebe par des proches de Dalanschika Malbranche dite Nègès Da, le chef du parquet d’Aquin avait convoqué cette dernière pour élucider les accusations dont elle fait l’objet. Effectivement, dans le but de répondre à l’invitation, Martine Phebe a été accompagnée ce jeudi de son avocat, Me Wadson Baworn, afin d’éclairer la lanterne de la justice. 

Après l’audition de la dame Martine Phebe, le commissaire du gouvernement de cette juridiction, suite à l’analyse de ce dossier dit qu’aucune charge n’est retenue contre l’accusée, car, selon lui il y a un flou juridique dans ce cas. Cela signifie que la loi haïtienne ne prévoit pas ce genre de cas à travers ces textes de loi. De ce fait, ” le dossier a été classé sans suite “, a confirmé le chef de la poursuite pénale. 

Dans le monde de la basoche, le classement sans suite conduit à l’abandon des poursuites pénales malgré la plainte enregistrée. Autrement dit, une affaire est classée sans suite lorsque cette décision n’a pas la force d’un jugement. Par contre, le commissaire du gouvernement peut revenir dessus par la suite s’il l’estime nécessaire.  

Advertisements

La maîtresse Thoy’Art était accompagné également par plus d’une vingtaine de ses partisans, dont des enfants qu’elle a l’habitude de supporter ainsi que ses parents. Certains d’entre eux ont les larmes aux yeux, d’autres éprouvent du chagrin au cours de l’audition de sa mère adoptive. ” Je ne peux pas vivre sans Thoy’Art, elle est plus que ma mère, je me sens triste sans la présence de Thoy’Art “, a pleuré l’une de ses filles adoptives. ” Je demande justice à ma mère “, poursuit-elle. 

Il faut souligner que, dans le souci d’enquêter sur la mort de la jeune fillette de 8 ans, la justice haïtienne n’a pas encore octroyé l’autorisation pour chanter ses funérailles. Donc elle reste toujours dans la pompe funèbre, afin que le commissaire du gouvernement Me Ervé Janvier donne l’autorisation. 

 

Facebook Comments

Stevinsonne Jeune
Stevinsonne JEUNE, journaliste et rédacteur. Étudiant finissant en sciences juridiques à l'Université d'État d'Haïti Praticien en Droit au sein du tribunal de paix de Delmas.