Le Gouvernement haïtien s’exprime sur la déportation massive des Haïtiens en RD

Ravensley Boisrond
Ravensley Boisrond
Écoutez cet article

Le Gouvernement haïtien, par l’intermédiaire de son ambassade en République dominicaine, a exprimé sa préoccupation quant à la manière dont sont effectuées les arrestations et les déportations d’immigrants haïtiens résidant dans le pays. 

Dans un communiqué, la délégation diplomatique haïtienne a indiqué qu’elle reconnaissait et respectait le droit de l’État dominicain à mettre en œuvre sa politique d’immigration contre l’immigration illégale. 

- Advertisement -
Ad imageAd image

“Cependant, nous avertissons que certains processus d’interpellation pour le rapatriement de nos compatriotes, y compris les conditions de détention, n’ont pas respecté les droits fondamentaux ou les garanties d’une procédure régulière établies par le protocole d’accord signé entre les deux pays”, précise la représentation diplomatique. 

 La plainte de la mission diplomatique intervient quelques jours après que le directeur général de la Migration, Enrique García, a déclaré la nécessité de régulariser la présence d’Haïtiens sans papiers en République dominicaine et d’empêcher leur entrée illégale, ainsi qu’une opération d’expulsion massive.

Un Colombien soupçonné d’avoir assassiné le président haïtien Jovenel Moïse a été arrêté en Jamaïque 

Un Colombien soupçonné d’avoir assassiné le président haïtien Jovenel Moïse, le 7 juillet a été arrêté en Jamaïque selon un communiqué de la police jamaïcaine.   

La surintendante Stephanie Lindsay a ajouté que tous leurs fonctionnaires avaient contacté différentes ambassades et ministres des Affaires étrangères en cas de confirmation des détails liés aux suspects arrêtés. Plus d’informations seront données dans les prochains jours. 

Dans le cas de l’assassinat du president Jovenel Moise, jusqu’à présent, plus de 40 suspects ont été arrêtés. Dans le nombre total de suspects, il y a eu 18 anciens soldats colombiens ainsi que des policiers haïtiens. Les autorités colombiennes, tout en défendant leurs soldats, ont déclaré qu’ils n’étaient pas la nature fondamentale de l’opération. 

  Les autorités policières haïtiennes ont en outre déclaré qu’ils recherchaient toujours les autres personnes liées à l’assassinat du président Jovenel Moise.  

Au cours de l’enquête sur l’assassinat du président, de nombreux obstacles ont également été rencontrés, de nombreux fonctionnaires ayant été démis de leurs fonctions, parmi lesquels le ministre de la Justice le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Bed-Ford  Claude 

En août, le premier juge affecté à l’enquête sur l’affaire de meurtre du président a également démissionné.  Après avoir reçu de nombreuses menaces de mort, les greffiers impliqués dans l’enquête sur le meurtre du président se sont également cachés. Ils ont changé leurs noms et identités et selon certains rapports.

Facebook Comments

Partagez cet article
Ravensley Boisrond
Posté par Ravensley Boisrond
Follow:
Journaliste, Amateur de littérature et de la photographie, grand passionné du multimédia