Le Panama, le Costa Rica et la Colombie veulent lutter contre la migration irrégulier

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana  - Rédacteur
Photo : Fernando Vergara | Crédits : AP

En 2022, la migration clandestine reste encore un défi majeur pour les pays de l’Amérique. Face à la situation, les autorités migratoires du Panama, du Costa Rica et de la Colombie ont abordé la crise régionale des migrants irréguliers, et proposé des actions pour contrecarrer ce phénomène.

Les trois pays sont des territoires par lequel des centaines de migrants irréguliers ont voyagé cette année pour atteindre les États-Unis, en particulier des Vénézuéliens.

- Advertisement -
Ad imageAd image

Ils ont proposé la fermeture des démarches informelles et la création d’un observatoire de la mobilité humaine pour faire face à ce phénomène qui a explosé ces derniers mois, parmi d’autres mesures clé qui ont été évaluées par les trois parties.

Le Panama, où ils arrivent après avoir traversé la dangereuse jungle du Darién depuis la Colombie, enregistre cette année plus de 210 000 migrants en transit, un chiffre sans précédent, dont plus de 70 % de ressortissants du Venezuela et du reste de trente pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique, a-t-on appris.

La région a connu plusieurs crises de migrants irréguliers : cubains entre 2015 et 2016 ; des Haïtiens en 2021, et ce 2022 des Vénézuéliens, tous fuyant les crises dans leur pays et avec l’intention d’atteindre les États-Unis.

Les responsables des migrations des trois pays, à savoir du Costa Rica, Marlen Luna ; de Colombie, Carlos Fernando García Manosalva ; la directrice adjointe du Service national des migrations (SNM) du Panama, María Isabel Saravia, ont souligné devant des représentants des États-Unis, l’importance de fermer les étapes informelles conduisant à l’entrée de migrants irréguliers sur le territoire panaméen”, indique un communiqué du ministère de la Sécurité publique du Panama (Minseg).

Aussi, ils espèrent lutter contre le trafic de migrants, la traite des êtres humains, entre autres. Sept points ont également été convenus – tous sur des accords déjà signés en matière de migration – sur lesquels la feuille de route sera établie pour la deuxième réunion entre les représentants des quatre pays, qui doit avoir lieu le 9 novembre prochain, dans un lieu indéterminé.

Facebook Comments

- Advertisement -
Partagez cet article
Pooshy Rosana
Par Pooshy Rosana Rédacteur
Follow:
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.