ÉDUCATION

Le professeur Nesmy Manigat, à nouveau ministre de l’éducation nationale, quel espoir pour le protocole ENS-MENFP ? 

Source Image : Le Nouvelliste

Le ministre de l’environnement James Cadet a procédé vendredi 26 novembre à l’installation du professeur Nesmy Manigat au Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle. Il a remplacé Marie Lucie Joseph. Il a fait un retour sur fonds d’un accord signé entre le PHTK et les anciens opposants à Jovenel Moïse. 

Il a dirigé l’institution pendant plus de deux ans (2014-2016) sur la présidence de Michel Martelly, en laissant derrière lui de nombreuses réformes dans le système : nouveau format pour le secondaire, élimination des épreuves officielles du bac I et de Certificat mais aussi de graves crises. Hérité d’un système pétrifié par l’insécurité et la crise politique, M. Manigat a annoncé la couleur lors de son allocution. Cependant, il n’a pas pipé mot sur l’application du protocole d’accord ENS-MENFP. 

Issu d’un accord politique, Nesmy Manigat dit n’appartenir à aucune structure. Il croît plutôt être au service des milliers d’enfants en situation difficile qui demandent d’être scolarisés. L’homme, au profil réformateur, dans un climat incertain, a livré un discours rassurant. Après avoir remercié le PM Ariel Henry pour la confiance placée en lui, ses mots suivants ont été consacrés aux établissements scolaires du grand sud affectés par le séisme du 14 août dernier et ceux des zones de non droits qui ne peuvent pas accueillir les apprenants.  

Il promet de faire de son mieux pour les accompagner. Il a aussi évoqué la scolarisation des enfants vivant sur les zones frontalières du pays, qui selon lui, font partie de sa priorité. D’un autre côté, il dit entendre mettre en application ses 12 mesures qu’il a faites ses fers de lance pour réformer le système éducatif haïtien. Le titulaire appelle à tous les acteurs les techniques et financiers à redoubler d’efforts dans la région touchée par le séisme du 14 août dernier afin de permettre la reprise des activités scolaires qui peinent à joindre le debout. 

Quel espoir pour le protocole ENS-MENFP ? 

Nesmy Manigat, qui promet de revenir sur ses douze mesures qu’il croit pouvoir changer le système éducatif, n’a pas pipé mot sur le protocole ENS-MENFP, pour qui l’étudiant Grégory Saint-Hillaire a payé sa vie le 2 octobre 2020 dans l’enceinte même de sa faculté. 

Advertisements

En mai 2013, Vanneur Pierre, le Ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) d’alors et les responsables de l’Ecole normale Supérieure ont signé un accord devant faciliter l’intégration des étudiants finissants au système d’éducation. Depuis les ministres qui ont succédé ce dernier, dont Nesmy Manigat, n’ont donné aucun suivi à l’accord. 

Les étudiants normaliens ont organisé plusieurs mouvements en vue de forcer les responsables de l’éducation nationale de respecter les engagements qui ont été pris dans le cadre de ce protocole. Ils ont beau manifester, les autorités ont fait la sourde oreille. 

Toutefois, après la mort de Grégory Saint-Hillaire, soit le 26 octobre 2020, Joseph Jouthe premier ministre d’alors avait entamé des démarches auprès des concernés en tentant de trouver une issue à cette crise. Il a rencontré les responsables de l’ENS et ceux du MENFP. Mais rien n’a été fait en vue d’une application stricte de ce protocole. 

De retour au Ministère, dès son premier jour, M. Nesmy Manigat a lancé la procédure visant à mettre en vigueur le protocole. Il a rencontré l’étudiant Wilkens Risemé qui, faute de nomination, après avoir été diplômé, vendait dans les rues et dans les facultés dont il a étudié pour joindre les deux bouts. 

Il a promis de nommer Wilkens Risemé et les autres diplômés de sa promotion, mais aussi, il a fait savoir plus de 500 autres dossiers sont à l’étude et sont en passe d’être nommés. Ces étudiants sont de la promotion 2014-2016. Par la même occasion, il a rencontré les responsables syndicalistes dans le système. 

Facebook Comments

Ifto Fils-Aimé
Journaliste & rédacteur à NetAlKole. Passionné par le plaisir d’informer et de former les gens, j ’aime la lecture et l’écriture et je suis également étudiant en sciences administratives.