INTERNATIONAL

Les professionnels du cinéma demandent que les films sensibilisent au port d’armes à feu

Scène issue du film Matrix (1999)

Indigné par le meurtre des 19 enfants et des deux institutrices en mai dernier à l’école primaire Uvalde au Texas, ainsi que par la fusillade meurtrière à Buffalo, plus de 200 professionnels du cinéma demandent à ce que les films sensibilisent sur le port d’armes à feu. 

Des acteurs et producteurs célèbrent comme Shonda Rhimes (Bridgerton, how To get away with murder…) ou encore J.J Abrams(Lost), ont signé une lettre ouverte, dans laquelle ils appellent Hollywood a la responsabilité sur les armes à feu et à prêcher par l’exemple. La lettre a été publiée par l’association Brady, qui lutte contre la prolifération des armes à feu et milite pour leur encadrement plus strict. 

“Notre objectif est avant tout de divertir, mais nous reconnaissons également que les histoires ont le pouvoir de changer les choses. Les comportements culturels concernant le tabac, l’alcool au volant, le port de la ceinture de sécurité et l’égalité devant le mariage ont tous évolué en partie grâce à l’influence des films et de la télévision. Il est temps de commencer avec les dangers des armes à feu” est-il mentionné dans la lettre. 

“Nous ne demandons pas à tout le monde d’arrêter de montrer des armes à l’écran. Nous demandons aux scénaristes, aux réalisateurs et aux producteurs de faire attention aux violences par armes à feu montrées à l’écran et à promouvoir la sécurité dans le maniement de ces armes”. 

Ont-ils poursuivi dans la lettre, soulignant qu’ils peuvent faire de petites choses en tant que communauté pour essayer de mettre fin à ce cauchemar national, et qu’il faut faire attention aux violences par armes à feu montrées à l’écran.  

Advertisements

Les figurent Hollywoodiens relèvent que le nombre de morts par armes à feu a dépassé largement celui des accidents de la circulation chez les jeunes Américains, et demandent aux concernées du secteur cinématographique de limiter les scènes où figurent à la fois des enfants et des armes. 

Ils proposent alors par exemple, que les films montrent les personnages en train de verrouiller le cran de sûreté de leur arme, ou essaient de trouver une alternative aux armes à feu dans certaines scènes sans pour autant nuire à l’intégrité du récit. 

Ce sont plus de 4300 jeunes américains âgés de moins de 20 ans qui ont été tués par armes à feu en 2020. Ils soulignent que bien que les armes à feu soient omniprésentes dans les séries et les films du monde entier, seule l’Amérique connaît une telle épidémie de violence, et tiennent responsables les hommes de lois. 

“La responsabilité en revient à des lois laxistes sur les armes, soutenues par des personnalités politiques qui sont plus préoccupées de rester au pouvoir que de sauver des vies. Nous n’avons pas créé le problème mais nous voulons contribuer à le résoudre.” Ont conclu dans la lettre, les professionnels du cinéma. 

Facebook Comments

Sam Sarah Devilus
Journaliste / Communicatrice / Bookstagrameuse.