SOCIÉTÉ

Les résidents de la Plaine du Cul-de-sac ont défié l’insécurité lors d’une marche

source image : Steven Aristil

Plusieurs dizaines de personnes ont gagné les rues vendredi 6 mai 2022 à la Plaine du Cul-de-sac pour dénoncer l’insécurité grandissante qui ronge leur communauté depuis l’offensive des « 400 mawozo » contre un gang adverse – « Chen mechan ». 

Depuis plusieurs jours elles sont confrontées à des violences extrêmes : meurtre dont certains par lynchage ou brûlage, incendie et pillage de biens, répression et fuite. 

Dans un communiqué, le Bureau intégré des Nations-Unies en Haïti (BINUH) a même parlé d’au moins 75 morts dont des femmes et des enfants, de 68 blessés, et au moins 9000 déplacés. 

Femmes et hommes – concernés par cette situation alarmante, ont défié l’insécurité dans les rues de Croix-des-Bouquets, Croix-des-missions, Butte Boyer, Santo, Shada, pour appeler l’État haïtien à prendre ses responsabilités dans cette partie tragique. 

 « Politisyen yo nou rive ak pèp la kote nou te vle a vre : jodi ya pèp la bezwen yon Moyiz nou poko wè l », peut-on lire sur l’affiche d’un protestataire.  

Advertisements

Accompagnée par des agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH), la foule n’a pas mâché ses mots à l’égard des autorités étatiques et des politiciens. « Les vrais responsables de leur calvaire se sont les politiciens qui arment les gangs », dénoncent des rescapés. 

Les activités du quotidien ont repris timidement en plaine depuis les interventions musclées de plusieurs unités spécialisées de la PNH à Croix-des-missions, entre autres, mais il est encore trop tôt pour se fier à cette paix apparente.  

REDACTION : Pooshy Rosana 

COPYRIGHT : NETALKOLE MEDIA 2022 

Facebook Comments

Pooshy Rosana
Pooshy Rosana, journaliste-rédacteur à Netalkolemedia, caricaturiste et graphiste. Parallèlement, coach fitness. Adore la culture populaire, les documentaires et la musculation.